Crise en Ukraine : Joe Biden et Vladimir Poutine se mettent en garde pour éviter l'escalade

Les chefs d'Etat américain et russe ont échangé au téléphone pendant environ 50 minutes, jeudi soir. Vladimir Poutine juge que des sanctions de Washington seraient une "erreur colossale" dans le dossier ukrainien, tandis que Joe Biden a tenu à afficher sa fermeté vis-à-vis du Kremlin.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président américain, Joe Biden, en conversation téléphonique avec son homologue russe, Vladimir Poutine, depuis Wilmington, dans le Delaware (Etats-Unis), le 30 décembre 2021. (- / WHITE HOUSE / AFP)

Un appel très attendu. Joe Biden et Vladimir Poutine ont conclu jeudi 30 décembre un entretien à fort enjeu, destiné à faire prévaloir la voie diplomatique pour sortir de la crise générée par la menace d'une invasion russe de l'Ukraine. Le chef du Kremlin s'est dit "satisfait" de cette conversation d'une cinquantaine de minutes, "sérieuse et concrète", selon un responsable de l'administration américaine.

Les deux leaders ont fait l'éloge de la voie diplomatique pour sortir de la crise générée par la menace d'une invasion russe. Mais tout progrès diplomatique passera avant tout par une "désescalade" en Ukraine, a prévenu le dirigeant américain. Washington répondra de "façon résolue" à toute invasion russe en Ukraine, a-t-il dit à son homologue russe mais sans autre précision, selon un communiqué de la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki.

Le Kremlin exige des "résultats"

De son côté, le Kremlin a exigé des "résultats" sur ses demandes de "garanties" de sécurité : la négociation de deux traités redéfinissant l'équilibre et l'architecture sécuritaires de l'Europe qui seront prochainement évoqués lors de pourparlers russo-américains le 10 janvier à Genève. Pour Moscou, la sécurité de la Russie passe par l'interdiction de tout élargissement de l'Otan, perçue comme une menace existentielle, et la fin des activités militaires occidentales à proximité des frontières russes, zone qu'elle considère comme relevant de son aire d'influence.

Répondre à ces exigences est la seule façon de contenir l'aggravation des tensions, estime Moscou, qui considère tout particulièrement le soutien des Etats-Unis, de l'Otan et de l'Union européenne à l'Ukraine comme une menace directe à sa sécurité et ses intérêts. Les Etats-Unis, accusés de mener certains dossiers internationaux sans trop d'égards pour leurs alliés, insistent justement sur une étroite coordination avec les Européens et les Ukrainiens.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.