Vidéo Hausse du prix des céréales : "Nous allons mettre en place des mécanismes de solidarité entre nos filières", prévient le président d'Intercéréales

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Jean-François Loiseau, le président d’Intercéréales, revient sur l'augmentation du prix des céréales consécutif à la guerre en Ukraine.

"A court terme, les cours du blé vont monter", a déclaré samedi 5 mars sur franceinfo Jean-François Loiseau, président d’Intercéréales. Le prix des céréales augmente fortement depuis le début de la guerre en Ukraine.

franceinfo : Quelle est la situation sur le marché des céréales et notamment du blé ?

Jean-François Loiseau : Nous sommes au-dessus de 410 euros la tonne de blé. Avant la guerre, il y a une semaine, le prix était de 280 euros la tonne. A court terme, les cours vont monter parce que nous sommes au printemps, que la Russie et l'Ukraine sont deux grands producteurs de blé et surtout exportateurs de blé vers des pays comme le Maghreb, le proche et le moyen Orient. Il y a une tension parce que certains de ces pays-là ont des besoins en blé et donc on anticipe de fortes demandes.

Risque de spéculation en France ?

Non pas du tout. Les agriculteurs ont déjà vendu 90% de leur campagne. Le blé se récolte en juillet et en décembre les deux tiers ou les trois quarts sont vendus. Il reste quelques tonnes, mais ce n'est pas ça qui fait la spéculation, c'est la raréfaction. La Russie produit 90 millions de tonnes de blé et en exporte à peu près 45. La France c'est 35 millions de tonnes produite et 10 millions à l'export. Il y a une peur de l'ensemble des acheteurs sur le plan mondial parce que l'Ukraine et la Russie ont pris une telle dimension depuis 20 ans que certains pays du pourtour méditerranéen et d'Europe sont en dépendance. C'est vraiment la peur de manquer à court et moyen terme.

Les acheteurs internationaux se battent-ils pour obtenir les stocks restants ?

Les stocks français sont demandés pour des clients en France et en Europe. L'Espagne et l'Italie achètent beaucoup de maïs en Ukraine et la difficulté que nous avons aujourd'hui c'est qu'aucun bateau ne sort de la mer noire. Donc, la Russie gère, en plus de cette guerre, la hausse du prix du blé et la famine dans quelques mois dans certains pays.

Est-ce que des choses vont être mises en place pour aider les éleveurs français ?

Nous allons mettre en place des mécanismes de solidarité entre nos filières. A court terme, nous allons mettre en culture les terres en jachères. C'est important de pouvoir cultiver au maximum. Il faut réarmer l'agriculture et l'agroalimentaire en France et en Europe. Nous devons, dans un esprit de baisse de la chimie et du CO2, produire beaucoup plus dans la chaîne agricole.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.