Obama exhorte Poutine à reconnaître le nouveau président ukrainien

Dans une interview à la chaîne NBC, le président américain fait de cette étape une condition de l'apaisement des relations entre Washington et Moscou.

Un écran géant montre le président américain Barack Obama et son homologue russe Vladimir Poutine lors des cérémonies du 70e anniversaire du Débarquement à Ouistreham (Calvados), le 6 juin 2014.
Un écran géant montre le président américain Barack Obama et son homologue russe Vladimir Poutine lors des cérémonies du 70e anniversaire du Débarquement à Ouistreham (Calvados), le 6 juin 2014. (KEVIN LAMARQUE / REUTERS)

L'aparté fut bref : en froid depuis la crise ukrainienne, Barack Obama et Vladimir Poutine ont eu une "conversation informelle" vendredi 6 juin en marge des cérémonies de commémoration du Débarquement. Dans une interview diffusée dans la soirée sur la chaîne NBC, mais réalisée avant cette rencontre, le président américain a exhorté son homologue russe à reconnaître le nouveau président ukrainien Petro Porochenko.

"Monsieur Poutine doit reconnaître comme légitime Monsieur Porochenko, qui vient d'être élu président de l'Ukraine et va être investi samedi, [et] Monsieur Poutine devra travailler directement avec Monsieur Porochenko et le gouvernement ukrainien pour tenter de résoudre les différends entre les deux pays", a expliqué Barack Obama.

Poutine a promis de "respecter" le choix des Ukrainiens

Le président américain a également demandé à Moscou de se conformer "aux principes internationaux fondamentaux" et d'arrêter "de financer et d'armer les séparatistes qui dévastent la partie est" de l'Ukraine. Alors seulement les relations entre les Etats-Unis et la Russie pourront s'apaiser, a précisé Barack Obama.

Depuis l'élection de Petro Porochenko à la tête de l'Ukraine fin mai, Moscou maintient que le milliardaire a bénéficié d'un "coup d'Etat" conduit contre le prorusse Viktor Ianoukovitch. Le Kremlin n'a pas reconnu formellement l'élection présidentielle, mais Vladimir Poutine a déclaré à plusieurs reprises qu'il allait "respecter" le choix du peuple ukrainien.