Témoignage "J'ai fait mes bagages et j'ai pris l'avion" : ces Russes qui quittent leur pays pour échapper à la guerre

En Russie, l'annonce de la mobilisation par Vladimir Poutine, même partielle, provoque beaucoup d'inquiétude, voire même un mouvement de panique chez des hommes qui craignent d'être envoyés en Ukraine. Certains ont décidé de fuir leur pays.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des passagers sont vus à l'aéroport Domodedovo de Moscou, le 5 mars 2022. (Photo d'illustration) (- / AFP)

Le mouvement est visible dans les aéroports où les vols à destination de l'Arménie, la Serbie et la Turquie affichent complet. Les prix des billets s'envolent : un aller simple peut coûter jusqu'à plus de 4 000 euros. Parmi ces hommes qui ont décidé de quitter la Russie, il y a Nikolaï*. Il était à Moscou quand il a vu le discours de Vladimir Poutine mercredi 21 septembre.

Nikolaï n'est pas réserviste, et ne risque pas d'être mobilisé immédiatement, mais il ne fait aucunement confiance à son gouvernement. Dans la soirée de mercredi, il a pris l'avion. Comme les autres, Nikolaï est parti pour l'un des pays limitrophes où les Russes peuvent se rendre sans visa. Pour des raisons de sécurité, il ne souhaite pas le nommer. "J'ai décidé que je devais partir, je ne voulais pas être mobilisé. Je n'ai absolument aucune envie de prendre part à cette guerre. J'ai fait mes bagages et j'ai pris l'avion. J'ai acheté un billet pour une somme folle mais je ne le regrette pas du tout. Je me sens en sécurité maintenant", explique-t-il.

Un filtrage effectué aux frontières terrestres et aériennes

Nikolaï a été interrogé à l'aéroport, les policiers ont gardé son passeport pendant de longues minutes mais il a finalement pu passer. Il avait préparé des papiers pour justifier un déplacement professionnel. Ce filtrage a été confirmé par d'autres témoins. Certains hommes semblent avoir été bloqués à la frontière mais de nombreux Russes parviennent tout de même à partir.

"Je sais que beaucoup de mes amis essaient de partir et achètent des billets pour n'importe où. Tous les billets au départ de Saint-Pétersbourg et Moscou sont vendus pour les prochains jours", détaille-t-il. Mais, Nikolaï a des amis qui ne pourront pas fuir: "Malheureusement, j'ai beaucoup d'amis qui ont fait leur service, qui sont officiers de réserve... Je les réconforte, j'essaie de les aider".

"J'espère qu'ils réussiront à s'en sortir sinon ils devront se cacher quelque part en Russie."

Nikolaï

franceinfo

Nikolaï pense qu'il ne reviendra pas en Russie avant longtemps : "Je ne vois pas comment je pourrais retourner au pays pour l'instant. Je ne sais pas comment on peut élever des enfants dans un pays avec un cours obligatoire le lundi où l'on explique comment le nazisme prospère en Ukraine. Ça me désole, je me sens mal, j'ai mal. La Russie est magnifique mais je ne vois pas d'autres options pour moi". À Moscou, la compagne de Nikolaï vend les meubles et tous les biens du couple. Elle le rejoindra prochainement.

* le prénom a été modifié

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.