Cet article date de plus de deux ans.

Guerre en Ukraine : "Vladimir Poutine a temporisé" mais continue "d'avancer ses pions" sur le terrain, selon un spécialiste des questions de défense

Pierre Servent, colonel de réserve opérationnelle et spécialiste des questions de défense, estime que Vladimir Poutine veut gagner du temps en acceptant une rencontre entre les délégations russes et ukrainienne.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Vladimir Poutine, le 15 septembre 2021, à Moscou, en Russie. (ALEXEI DRUZHININ / SPUTNIK)

"Vladimir Poutine a temporisé" mais continue "d'avancer ses pions" sur le terrain, estime sur franceinfo mardi 1er mars Pierre Servent, colonel de réserve opérationnelle, spécialiste des questions de défense, alors qu'un immense convoi militaire russe s'étire sur plus de 60 kilomètres au nord-ouest de la capitale Kiev, principal objectif de la Russie.

franceinfo : La bataille de Kiev est-elle en train de changer de dimension ?

Pierre Servent : On voit bien que sur le terrain Vladimir Poutine souhaite avancer ses pions. Les heures passées il a temporisé avec l'acceptation de rencontres entre une délégation russe et une délégation ukrainienne, mais ça c'est pour gagner du temps. Au même moment, il demandait à la population civile de Kiev sortir de la ville, ce qui n'est pas bon signe, mais les habitants restent. Peut-être va-t-il tenter de toucher au réseau d'eau pour faire partir la population de Kiev. Après il rentrera dans le vif du sujet, mais avec une double difficulté parce que Kiev est le berceau de la Russie, il y énormément de bâtiments historiques datant du Xe siècle, XIe siècle. Donc, il ne peut pas complètement raser la ville. Dans la mesure où son action est destinée à mettre en place un collaborateur à Kiev, il ne peut pas l'introduire sur des ruines. Donc, c'est un objectif politique à haute valeur symbolique que Poutine veut conquérir par les armes, mais il va devoir faire attention à la manœuvre.

Est-ce que l'Ukraine résiste plus que ce qu'avait prévu Vladimir Poutine ?

On peut le dire même s'il faut être prudent, il y a le brouillard de la guerre, les commentaires que l'on fait en début de guerre, et en fin de guerre on se rend compte qu'on a dit beaucoup de bêtises. Rappelez-vous l'invasion en 2003 de l'Irak par les Américains. L'armée américaine est surpuissante, l'armée irakienne faible et finalement il a quand même fallu plusieurs semaines pour arriver à véritablement prendre l'Irak. En Ukraine, il y a une résistance forte mais certainement, de la part de Poutine, un calibrage faible de sa force d'intervention. On a parlé de 200 000 hommes de l'armée russe, mais on oublie une chose : c'est que dans les armées modernes il y a énormément de logisticiens par rapport aux combattants directement impliqués dans les opérations. En général, c'est un combattant pour trois, quatre, voire dix logisticiens chez les Américains. Cela veut dire que Poutine a un corps de bataille taillé au plus juste. Il a détruit une très grande partie du potentiel ukrainien, tout ce qui pouvait faire trop mal aux Russes a été détruit par 130 à 150 frappes initiales.

La livraison d'armes en Ukraine peut-elle changer quelque chose ?

Depuis cinq ans, le président français se bat en Europe pour que les Européens se convertissent à l'Europe "puissance et défense". On peut remercier Poutine - c'est évidemment ironique - parce qu'en quelques semaines tout cela est en train de se faire. Nous sommes dans une période historique, dans une bascule, tout le montre. L'acheminement des armes va être très compliqué. Si c'est par voie routière cela va être compliqué parce qu'il est certain que les Russes concentrent des moyens satellitaires sur la frontière polonaise et roumaine. Mais quand on voit la liste des matériels qui vont être fournis, cela peut renforcer la capacité de résistance. Mais il y a un risque énorme, c'est que Vladimir Poutine va se servir de tous les prétextes pour alimenter son discours par rapport à l'Otan. Si les Ukrainiens prennent des avions européens, ils seront pendant un certain temps en territoire européen. Le risque c'est que Vladimir Poutine prenne ce prétexte de la présence de pilotes ukrainiens en territoire européen pour étendre son opération de guerre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.