Guerre en Ukraine : trois choses à retenir du jeudi 30 novembre

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Le 19/20 fait le point sur les informations des dernières 24 heures dans le conflit entre l'Ukraine et la Russie. -
Guerre en Ukraine : trois choses à retenir du jeudi 30 novembre Le 19/20 fait le point sur les informations des dernières 24 heures dans le conflit entre l'Ukraine et la Russie. - (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - S. Perez, C. Kenck, L. Dubois
France Télévisions
franceinfo
Le 19/20 fait le point sur les informations des dernières 24 heures dans le conflit entre l'Ukraine et la Russie.

L'Ukraine connaît son 644e jour de conflit, jeudi 30 novembre. Des bombardements dans l’Est de l’Ukraine, une joute verbale à l’OSCE et un drone à 25 000 euros… Voici ce qu'il fallait retenir de cette journée.

L’image du jour : des bombardements à l'Est de l'Ukraine

L’image du jour, ce sont de nouveaux bombardements sur trois villes de l’Est du pays. Selon le ministère de l’Intérieur ukrainien, six missiles se sont abattus sur des immeubles d’habitation. Il y aurait au moins deux morts parmi les civils. Les secouristes sont toujours à la recherche de quatre personnes disparues, dont un enfant.

La citation du jour : "L'OSCE est un appendice de l'OTAN"

Lors de l’ouverture de l’OSCE, le président actuel, le ministre des Affaires étrangères de Macédoine du Nord, déclare : "La guerre d’agression de la Russie contre l’Ukraine est une insulte aux valeurs de l’OSCE." La réponse du ministre russe des Affaires étrangères a été cinglante. "L’OSCE est un appendice de l’OTAN", assure Sergueï Lavrov. La venue du chef de la diplomatie russe a été boycottée par l’Ukraine et les pays baltes.

Le chiffre du jour : 25 000 euros

C’est le coût du dernier drone sur lequel travaille l’Ukraine. Il dispose d’une grande autonomie et d’une haute technologie, qui permettrait de résister aux brouillages russes. Ce super drone peut voler jusqu’à 80 km et atteindre plus en profondeur les lignes ennemies.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.