Guerre en Ukraine : les ambassadeurs chinois convoqués par les Etats baltes après le tollé provoqué par les propos du représentant de Pékin en France

Questionné vendredi sur la province ukrainienne, annexée depuis 2014 par Moscou, Lu Shaye a nié la souveraineté des ex-républiques soviétiques.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
L'ambassadeur chinois en France, Lu Shaye, le 10 septembre 2019 à Paris. (MARTIN BUREAU / AFP)

Indignation internationale après des propos de l'ambassadeur chinois en France. Interrogé vendredi 21 avril sur LCI, Lu Shaye a assuré, au sujet de la Crimée, occupée par Moscou depuis 2014, que le territoire "était, tout au début, à la Russie". Il a poursuivi son argumentaire, estimant que les pays de l'ex-URSS n'avaient "pas le statut effectif dans le droit international parce qu'il n'y a pas d'accord international pour concrétiser leur statut de pays souverain".

>> Qui est Lu Shaye, ambassadeur de Chine en France, "loup combattant" de la diplomatie chinoise ?

Le diplomate a également appelé à arrêter de "chicaner" sur la question des frontières postsoviétiques. "Maintenant, le plus urgent est d'arrêter, de réaliser le cessez-le-feu" entre Russie et Ukraine, a-t-il estimé.

La Chine se désolidarise de son ambassadeur

En réaction à ces propos, la Lituanie, la Lettonie et l'Estonie ont annoncé convoquer les ambassadeurs chinois "pour demander une clarification", a détaillé le chef de la diplomatie lituanienne, Gabrielius Landsbergis. Les trois Etats baltes veulent "savoir si la position de la Chine a changé concernant l'indépendance, et rappeler que nous ne sommes pas des pays postsoviétiques mais des pays ayant été illégalement occupés par l'Union soviétique".

Les déclarations de Lu Shaye ont aussi fait réagir la diplomatie française. Le ministère français des Affaires étrangères a souligné dans un communiqué samedi avoir "pris connaissance avec consternation" de ces propos, demandant à la Chine "de dire [s'ils] reflètent sa position, ce que nous espérons ne pas être le cas".

Pékin a réagi lundi. La Chine respecte le "statut d'Etat souverain" des pays de l'ex-URSS, a assuré, lundi, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Mao Ning.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.