Cet article date de plus de deux ans.

Guerre en Ukraine : la tactique du combat anti-char des Ukrainiens face à la progression des Russes

Publié Mis à jour
Guerre en Ukraine : la tactique du combat anti-char des Ukrainiens face à la progression des Russes
Guerre en Ukraine : la tactique du combat anti-char des Ukrainiens face à la progression des Russes Guerre en Ukraine : la tactique du combat anti-char des Ukrainiens face à la progression des Russes (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - J-C. Galeazzi
France Télévisions

Les Ukrainiens opposent une forte résistance à l'armée russe, et notamment ses blindés. L'analyse du général François Chauvancy, consultant en géopolitique et d'Yves Doutriaux, ancien représentant permanent adjoint de la France à l'ONU, samedi 12 mars.

La progression de l'armée russe est régulièrement freinée dans certaines zones où des combats font rage. "Les images des embuscades anti-chars sont très parlantes. Si c'est comme ça partout, les chars russes ne sont pas près d'avancer. Une fois que vous avez un char détruit, c'est l'ensemble du dispositif qui est remis en question. Ils savent qu'il y a d'autres missiles anti-char capables de les détruire. La colonne doit se disperser, il faut éventuellement faire venir l'infanterie. On est sur une vraie démonstration tactique du combat anti-char", décrypte le général François Chauvancy, consultant en géopolitique.

L'importance du Donbass et de la Crimée

En face, comment déchiffrer la stratégie de la Russie ? "Le cerveau de Vladimir Poutine est la grande boîte noire. Ce qu'on constate à travers ces opérations militaires, c'est la volonté d'élargir la zone du Donbass, déjà occupée par les sécessionnistes depuis 2014, et donc rattacher cette zone du Donbass jusqu'à la Crimée, d'où le siège de Marioupol et les ports sur la mer Noire", explique Yves Doutriaux, ancien représentant permanent adjoint de la France à l'ONU. Avec peut-être des visées plus lointaines, "d'où la pression dans la direction d'Odessa. Au-delà, vous avez la Transnistrie, qui est une partie sécessioniste de la Moldavie."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.