Guerre en Ukraine : dans le Donbass, les Ukrainiens se préparent sur la ligne de front

Publié Mis à jour
Guerre en Ukraine : dans le Donbass, les Ukrainiens se préparent sur la ligne de front
Article rédigé par
A. Vahraminan, S. Yassine, P. Miette, P. Yurov - franceinfo
France Télévisions

Dans une ferme à quelques kilomètres du front, les hommes se préparent, font des reconnaissances et creusent des tranchées. Ils sont résignés à devoir se battre d'un moment à l'autre.

Rouler vers le nord, vers l'offensive russe, c'est conduire le long de champs fertiles et apercevoir les tranchées. Ce qui rend les militaires ukrainiens réticents à la présence des journalistes : "Le problème c'est que les Russes voient vos images et ils identifient nos positions". Encore 7 à 10 kilomètres, et c'est le front. C'est près d'une ferme qui surplombe la plaine que l'armée accepte de nous emmener, pour montrer qu'elle se prépare. La tranchée, creusée en à peine trois jours, n'est toujours pas assez profonde. Le soldat vise les deux mètres : "Quand ça tombe, il faut qu'on puisse se cacher au fond et être protégés". Les coups de pelle sont rythmés par les tirs d'artillerie.

Vers un inévitable affrontement

Un soldat arrive d'une mission de reconnaissance, essoufflé. "On est allés voir vers la colline. On l'a grimpée et c'était difficile", explique-t-il. Ce qu'ils ont repéré était en fait des mines, mais pas de soldats russes. Parmi ceux qui creusent et qui combattent ici, un père et son fils de 21 ans. "Ça me rassure de le savoir avec moi", dit l'un. "Je suis content d'être là avec mon père", assure l'autre. La position n'a semble-t-il pas encore été repérée, mais l'artillerie ukrainienne est tout près de la ferme, alors la riposte russe ne saurait tarder. Dans l'un des bâtiments, le cuisinier nous montre les réserves. Dans la pièce, il y a aussi les munitions. De quoi combattre les chars. Ces soldats pensent que d'ici quelques jours le face à face arrivera jusqu'ici.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.