Guerre en Ukraine : ce qu'il faut retenir de la journée du mercredi 19 octobre

La loi martiale entrera en vigueur jeudi dans les territoires annexés, a annoncé Vladimir Poutine. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Un homme se tient devant un bâtiment détruit par les bombardements des forces russes, à Kharkiv (Ukraine), le 19 octobre 2022.  (VYACHESLAV MADIYEVSKYI / NURPHOTO / AFP)

Vladimir Poutine a annoncé, mercredi 19 octobre, l'entrée en vigueur dès jeudi de la loi martiale dans les régions ukrainiennes annexées par la Russie (Kherson, Zaporijjia, Donetsk et Louhansk). En parallèle, l'utilisation de l'électricité va être restreinte sur le territoire ukrainien, selon un conseiller de la présidence. Franceinfo fait le point sur les actualités de la journée sur le front de la guerre en Ukraine.

Kiev va restreindre l'électricité sur son territoire après des frappes russes

L'utilisation de l'électricité va être restreinte sur le territoire ukrainien, a annoncé mercredi un conseiller de la présidence après plusieurs séries de frappes russes visant des infrastructures critiques. "Demain, le 20 octobre 2022, des restrictions pour l'approvisionnement en électricité seront introduites dans toute l'Ukraine", a annoncé sur Telegram Kyrylo Timochenko, appelant les Ukrainiens à "minimiser leur consommation", faute de quoi des "coupures temporaires" auront lieu.

La loi martiale déclenchée dans plusieurs régions ukrainiennes

Vladimir Poutine a ordonné mercredi l'instauration de la loi martiale dans les quatre territoires ukrainiens (Donetsk, Lougansk, Kherson et Zaporijjia) annexés en septembre par Moscou. Le président russe a annoncé cette mesure lors d'une réunion de son Conseil de sécurité diffusée à la télévision. Le Kremlin a ensuite publié un décret confirmant l'entrée en vigueur de la loi martiale dans ces territoires à partir de jeudi, à minuit, heure locale. 

Ces territoires "avaient instauré la loi martiale avant leur rattachement à la Fédération de Russie, mais il est nécessaire de formaliser ce régime en suivant la législation russe", a déclaré Vladimir Poutine. Il a justifié cette mesure en affirmant que Kiev refusait de négocier avec Moscou et continuait selon lui à "bombarder" la population civile dans ces régions.

L'armée de l'air ukrainienne affirme avoir détruit 223 drones iraniens

L'armée de l'air ukrainienne a affirmé mercredi avoir détruit 223 drones iraniens depuis mi-septembre, alors que Téhéran a nié à plusieurs reprises ces derniers jours fournir des armes et des drones à la Russie pour son invasion de l'Ukraine. "Depuis le premier abattage d'un drone kamikaze Shahed 136 de fabrication iranienne sur le territoire ukrainien le 13 septembre à Koupiansk, la défense aérienne de l'armée de l'air et d'autres composantes des Forces de défense ont détruit 223 drones de ce type", a précisé l'armée sur Telegram.

Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit sur les drones iraniens en Ukraine

En parallèle et à la demande des Occidentaux, le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit à huis clos mercredi après-midi à New York à propos des drones iraniens dans le conflit en Ukraine, au moment où l'Union européenne prépare des sanctions contre Téhéran. Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni, membres permanents du Conseil, ont réclamé une session à huis clos, selon des diplomates onusiens et américains. Aucune décision n'est attendue après la séance.

L'UE prépare des sanctions contre l'Iran

La diplomatie européenne a annoncé mercredi avoir rassemblé "suffisamment de preuves" démontrant que les drones utilisés par la Russie contre l'Ukraine ont été fournis par l'Iran. Bruxelles dit préparer des sanctions et "une réponse européenne claire, rapide et ferme".

>> Guerre en Ukraine : que sait-on des drones iraniens employés par l'armée russe ?

L'Ukraine a réclamé lundi ces sanctions à l'Union européenne, après plusieurs frappes de drones kamikazes sur Kiev. "Des attaques au missile" ont également touché les régions de Dnipropetrovsk (centre-est) et Soumy (nord-est), a assuré le Premier ministre ukrainien, Denys Chmygal. 

L'évacuation de la région de Kherson par les autorités d'occupation russes a débuté

La Russie a commencé mercredi à évacuer la population de Kherson, une ville du sud de l'Ukraine où son armée est confrontée à une situation "très difficile". L'opération s'apparente, selon un responsable ukrainien, à une "déportation" de civils visant à créer la "panique".

Les autorités d'occupation russes prévoient d'évacuer, au total, plus de 50 000 personnes, à raison de 10 000 personnes par jour. Cette évacuation devrait durer six jours, a précisé Vladimir Saldo, gouverneur par intérim, à la télévision russe. Le général russe Sergueï Sourovikine, en charge des opérations, avait mardi qualifié la situation de "tendue" dans la région de cette ville du sud-est de l'Ukraine.

Le prix Sakharov du Parlement européen attribué au "courageux" peuple ukrainien

Le prix Sakharov pour la liberté de pensée a été décerné mercredi par le Parlement européen au "courageux" peuple ukrainien, face à l'invasion russe. "Ce prix est dédié aux Ukrainiens qui se battent sur le terrain. A ceux qui ont été obligés de fuir. A ceux qui ont perdu des proches et des amis. A tous ceux qui résistent et se battent pour leurs convictions", a déclaré la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola. Elle a précisé que ce choix avait fait "consensus" parmi les groupes politiques parlementaires dans l'hémicycle à Strasbourg.

"Je sais que le courageux peuple d'Ukraine ne cédera pas, et nous non plus", a-t-elle ajouté, soulignant que les Ukrainiens risquaient aussi leurs vies "pour sauvegarder les valeurs auxquelles nous croyons tous : la liberté, la démocratie, l'Etat de droit". Le peuple ukrainien récompensé est représenté "par son président Volodymyr Zelensky, ses élus et la société civile", a déclaré Roberta Metsola. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.