Guerre en Ukraine : ce qu'il faut retenir de la journée du jeudi 1er décembre

De nombreux Ukrainiens restent privés d'électricité, après que Moscou "a détruit 40% du système énergétique" du pays, selon l'opérateur privé DTEK.

Un char sur la ligne de front dans l\'est de l\'Ukraine, le 30 novembre 2022.
Un char sur la ligne de front dans l'est de l'Ukraine, le 30 novembre 2022. (YEVHEN TITOV / AFP)

De nombreux Ukrainiens restent privés d'électricité après les frappes russes. Moscou "a détruit 40% du système énergétique ukrainien", a déploré l'opérateur privé DTEK, jeudi 1er décembre. Sur la scène diplomatique, les Etats-Unis et la France se sont engagés à soutenir Kiev "aussi longtemps qu'il le faudra". Franceinfo fait le point sur les principaux faits à retenir de la journée sur le front de la guerre en Ukraine.

Près de la moitié du réseau électrique ukrainien reste hors d'usage

"La Russie a détruit 40% du système énergétique ukrainien avec des attaques terroristes aux missiles, a affirmé l'opérateur privé DTEK, jeudi, sur Telegram. "Des dizaines de travailleurs de l'énergie ont été tués et blessés." Une semaine après les dernières frappes russes sur les infrastructures énergétiques, DTEIK souligne les efforts "de jour comme de nuit" des électriciens pour les réparer.

Le 24 novembre, les dernières frappes massives sur ces sites ont laissé dans le noir et le froid des régions entières, y compris la capitale Kiev. De nouvelles frappes russes risquent d'aggraver considérablement la situation énergétique au plein cœur de l'hiver. L'opérateur privé a aussi dit "tout faire pour qu'il y ait de l'électricité dans chaque maison de Kiev au moins une ou deux fois" par jour.

 Plus de 1 300 prisonniers ukrainiens libérés

"Après l'échange [de prisonniers] d'aujourd'hui, ce sont déjà 1 319 héros [ukrainiens] qui sont rentrés chez eux" depuis le début de la guerre, s'est félicité jeudi Volodymyr Zelensky sur Telegram. Selon son chef de cabinet, "50 défenseurs de l'Ukraine ont été libérés" jeudi, lors d'un nouvel échange de prisonniers entre Kiev et Moscou, dont des "défenseurs de Marioupol et d'Azovstal".

Ce dernier a précisé que "des prisonniers qui se trouvaient à Olenivka", une prison contrôlée par la Russie dans l'est de l'Ukraine, avaient été également libérés. Ce centre pénitentiaire avait été bombardé fin juillet, ce qui avait causé la mort de nombreux prisonniers de guerre ukrainiens. Kiev et Moscou s'étaient rejeté la responsabilité de la frappe.

Emmanuel Macron et Joe Biden "réaffirment le soutien continu de leurs pays" à Kiev

Les Etats-Unis et la France continueront à soutenir l'Ukraine "aussi longtemps qu'il le faudra", ont déclaré jeudi Joe Biden et Emmanuel Macron dans un communiqué commun. A l'occasion de la visite du président français aux Etats-Unis, les chefs d'Etat américain et français "réaffirment le soutien continu de leurs pays à l'Ukraine" et s'engagent notamment à lui fournir "une aide politique, sécuritaire, humanitaire et économique aussi longtemps qu'il le faudra".

Emmanuel Macron et Joe Biden ont manifesté leur volonté de chercher ensemble une issue en Ukraine, mais sans rien rogner de leur soutien à Kiev. Lors d'une conférence de presse conjointe à Washington, le président français a assuré qu'il ne "pousserait jamais les Ukrainiens à accepter un compromis qui serait inacceptable pour eux" concernant l'invasion russe, parce que cela ne permettrait pas de construire "une paix durable". Joe Biden s'est de son côté dit "prêt" à parler avec son homologue russe, Vladimir Poutine, si ce dernier "cherche un moyen de mettre fin à la guerre" en Ukraine.

Kiev va limiter les activités des organisations religieuses affiliées à Moscou

"Le Conseil de sécurité nationale et de défense a chargé le gouvernement de proposer" au Parlement "un projet de loi pour rendre impossible les activités en Ukraine des organisations religieuses affiliées aux centres d'influence en Russie", a déclaré Volodymyr Zelensky dans son allocution quotidienne.

Ces mesures font suite à des perquisitions menées en novembre par les services de sécurité ukrainiens dans le principal monastère de la capitale Kiev, lieu de résidence du primat de l'Eglise orthodoxe ukrainienne, et plusieurs autres lieux de cultes, sur fond de soupçons de liens avec Moscou. Les services ukrainiens ont ensuite assuré y avoir saisi plusieurs milliers de dollars et de la "littérature prorusse".