Guerre en Ukraine : ce qu'il faut retenir de la journée du 21 avril

La Russie a revendiqué la "libération" de Marioupol, tandis que les Etats-Unis ont annoncé une nouvelle aide militaire pour l'Ukraine.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Capture d'écran d'une séquence publiée par le conseil municipal de Marioupol le 19 avril 2022 montrant des nuages de fumée au-dessus de l'aciérie Azovstal. (HANDOUT / MARIUPOL CITY COUNCIL / AFP)

L'Ukraine a besoin de 7 milliards de dollars par mois pour compenser les pertes économiques causées par la guerre menée par la Russie, a déclaré jeudi 21 avril le président ukrainien Volodymyr Zelensky. "Et nous aurons besoin de centaines de milliards de dollars pour la reconstruction", a-t-il ajouté lors d'une réunion du FMI et de la Banque mondiale à Washington. Franceinfo fait le point sur ce qu'il faut retenir de cette journée de guerre en Ukraine.

>> Suivez en direct les dernières informations sur la situation en Ukraine

Vladimir Poutine affirme que "la fin du travail de libération de Marioupol" est "un succès".

Le président russe Vladimir Poutine a jugé jeudi que ses forces avaient pris le contrôle de la ville ukrainienne assiégée. Il a signifié à son ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, qu'un assaut du site d'Azovstal, ultime poche de résistance, n'était "pas approprié" et qu'il fallait assiéger "la zone de telle manière à ce que pas une seule mouche ne passe".

Une revendication contestée par le président américain Joe Biden qui a estimé qu'il "n'y a encore aucune preuve que Marioupol soit complètement perdue". Selon  Volodymyr Zelensky, en plus de quelque 2 000 militaires ukrainiens, "environ mille civils, femmes et enfants" et "des centaines de blessés" sont aussi réfugiés dans l'aciérie d'Azovstal.

Les évacuations ont repris à Marioupol

Quatre bus d'évacuation ont réussi à quitter le port de Marioupol, jeudi, a annoncé la vice-Première ministre ukrainienne, Iryna Verechtchouk. Mercredi, un couloir humanitaire en principe négocié pour permettre l'évacuation de civils de Marioupol n'avait "pas fonctionné", selon cette même source. Elle avait reproché aux Russes d'avoir violé le cessez-le-feu et bloqué les cars, tandis que Moscou avait accusé "les autorités de Kiev d'avoir cyniquement sabordé cette opération humanitaire". Aucun couloir d'évacuation n'avait été mis en place en Ukraine depuis samedi. 

Nouvelle aide de 800 millions de dollars pour l'Ukraine

Le président américain Joe Biden a annoncé, jeudi, que Washington débloquerait une enveloppe de 800 millions de dollars pour soutenir l'armée ukrainienne. "Des armes d'artillerie lourde, des dizaines de (canons) Howitzer, 144 000 munitions ainsi que des drones" seront envoyés, a-t-il détaillé. Les Etats-Unis ont également l'intention d'apporter une aide économique supplémentaire de 500 millions de dollars pour maintenir le fonctionnement du gouvernement ukrainien, selon un responsable du Trésor. 

Des personnalités américaines et canadiennes sanctionnées par Moscou

Le Kremlin a interdit, jeudi, l'entrée sur son territoire à 29 personnalités américaines, dont le dirigeant de Meta, Mark Zuckerberg, et la vice-présidente américaine, Kamala Harris. En outre, 61 personnalités canadiennes, pour la plupart des responsables gouvernementaux ou militaires, sont également visées par cette mesure. Ces citoyens américains et canadiens "sont interdits d'entrée en Russie pour une durée indéterminée", a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères dans deux communiqués.

L'Espagne envoie 200 tonnes de matériel

L'Espagne va livrer à l'Ukraine 200 tonnes de matériel militaire, un envoi qui représente le double de l'aide militaire envoyée jusqu'ici par Madrid à Kiev, a annoncé jeudi le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez qui était en visite dans la capitale ukrainienne, avec son homologue danoise Mette Frederiksen. Ils ont rencontré le président ukrainien, Volodymyr Zelensky. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.