Guerre en Ukraine : après les bombes, l'école de musique de Borodyanka rouvre, "plus précieuse qu'avant"

Cinq mois après le départ des troupes russes du nord de Kiev, la ville de Borodyanka est encore un champ de ruines. Malgré tout, de nombreux habitants qui avaient fui sont revenus et les activités reprennent, la petite école de musique a notamment rouvert ses portes.

Article rédigé par
Thibault Lefèvre et Eric Audra - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Alina, une jeune habitante de Borodyanka (Ukraine), retrouve son piano - Août 2022 (THIBAULT LEFEVRE / RADIO FRANCE)

En bas, entre les murs d’une salle de l’école communale de Borodyanka en Ukraine, s’organise une distribution de nourriture. Quelques notes de musique s’échappent de l’étage. Alina, 14 ans, entame sa leçon de piano. "Ça m’a manqué de ne plus jouer du piano, confie la jeune fille. J’étais très inquiète pour mon instrument qui était chez ma grand-mère. J’avais peur qu’il soit détruit. Quand on est rentrés, la première chose que j’ai faite, ça a été de m’installer au piano et jouer ma musique préférée. J’ai ressenti un sentiment de calme et de bonheur."

"Pour moi, la musique est devenue plus précieuse, elle a plus d’importance qu’avant."

Alina, 14 ans

à franceinfo

Avec Boutcha, Irpin et Tchernihiv, Borodyanka est une des villes martyres de cette région occupée pendant près d’un mois par les troupes de l’armée russe. La petite école de musique a rouvert ses portes dans ce bâtiment qui sert aujourd’hui encore de base logistique aux autorités. 

Les artistes ukrainiens privilégiés

Le cours du jour porte sur la pièce d’une compositrice ukrainienne contemporaine, Irina Volnourina.  Avec la guerre, le répertoire étudié a changé. "Bien sûr que la contribution des compositeurs russes à la musique en général est importante, mais pour le moment, on va les laisser de côté, débute Tetyana Tichenko, professeur de musique. C’est lié à notre douleur et à la situation actuelle. J’ai perdu ma maison. Mes enfants sont loin. Beaucoup de mes proches sont morts. Je sais qu’on ne peut pas continuer à vivre dans la haine mais pour le moment c’est comme ça, je souffre."

"Je ne vais plus enseigner les œuvres des compositeurs russes aux enfants, mais plutôt privilégier la musique ukrainienne."

Tetyana Tichenko, professeur de musique

à franceinfo

À deux semaines de la rentrée, la salle de musique est un joyeux capharnaüm, jonchés de cartons à peine déballés, et d’instruments flambant neufs, qui n’ont pas encore été rangés. "Il y a actuellement six pianos électroniques, des systèmes d’écoute, nous avons aussi quatorze nouveaux violons, seize nouvelles guitares… Nous avons lancé un appel sur les réseaux sociaux pour s’adresser aux gens qui étaient sensibles à notre cause. On cherchait des mécènes pour nous aider. Et ça a marché, souffle, reconnaissante, la directrice de l’école, Oksana Shevchenko. C’est un miracle dans l’horreur de la guerre. La musique va peut-être sauver le monde."

Oksana Shevchenko, directrice de l'école de musique de Borodyanka (Ukraine), août 2022 (THIBAULT LEFEVRE / RADIO FRANCE)

Avant la guerre, dix-sept professeurs enseignaient la musique à près de 150 élèves. À ce jour, un peu plus de la moitié d’entre eux sont rentrés à Borodianka.

A Borodyanka, en Ukraine, la musique après les bombes : reportage de Thibault Lefèvre et Eric Audra
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.