Guerre en Ukraine : à Boutcha et Irpin, l'armée russe laisse l'horreur derrière elle

Dans la région de Kiev, les troupes ukrainiennes découvrent un tableau de destruction et de mort à la faveur du retrait russe. A Boutcha, le maire évoque près de 300 victimes. Un charnier qui nourrit les soupçons d'exactions.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min.
Un homme marche dans une rue dévastée de Boutcha (Ukraine) avec des sacs de vivres donnés par l'armée ukrainienne, après le départ des soldats russes, le 2 avril 2022. (RONALDO SCHEMIDT / AFP)

Cet article contient une photo et des vidéos montrant des corps de victimes civiles ukrainiennes, qui nous semblent importantes pour saisir la situation, mais dont le visionnage peut être éprouvant. Tous les liens vers lesquels nous renvoyons sont susceptibles de contenir des images explicites et non floutées.


Le nom de Boutcha, autrefois paisible banlieue de Kiev, restera sans doute comme un des symboles de l'horreur de la guerre en Ukraine. Près de 300 morts ont été retrouvés dans cette ville après le retrait de l'armée russe, a témoigné son maire Anatoly Fedorouk samedi 2 avril. Sur les images prises sur place, des dizaines de corps gisent dans les rues. Redéployés dans l'est du pays, les soldats russes laissent derrière eux, dans les villes qu'ils occupaient près de Kiev, un terrible tableau de destruction et de mort, progressivement découvert par les Ukrainiens et les journalistes.

Des cadavres qui jonchent les trottoirs

Les premières images parvenues de Boutcha, samedi, étaient filmées depuis des véhicules forcés de slalomer entre des cadavres étendus sur la chaussée d'une des rues principales de la ville. Un journaliste de l'AFP y a dénombré au moins 22 morts. Impossible de déterminer dans l'immédiat s'ils ont été "abattus d'une balle à l'arrière de la tête", comme l'affirme le maire de la ville. Mais au moins deux de ces hommes présentent des blessures à la tête. Un autre a les mains liées derrière le dos. Un cadavre est toujours sur le vélo sur lequel il se trouvait à sa mort. Ils semblent être là depuis plusieurs jours. 

Guerre en Ukraine : des centaines de civils massacrés à Boutcha
France 2

"Nous n'arrivons même plus à les compter", témoigne auprès de franceinfo un aumônier, Anatoli Kushnirchuk, qui anticipe un bilan plus lourd encore : "Plusieurs de ces cadavres sont dans des caves ou dans des endroits où les terroristes russes ont jeté des grenades. On ne s'en est pas encore occupé." Dimanche, le chef des secours locaux, Serhiï Kaplytchny, a montré à l'AFP une fosse commune creusée par les Russes dans lesquels il dit avoir dénombré 57 cadavres.

Au total, le maire de Boutcha, Anatoli Fedorouk, comptait 287 morts dans sa commune samedi. Dimanche, la procureure générale d'Ukraine Iryna Venediktova a annoncé que 410 cadavres de civils avaient été découverts dans tous les territoires repris à l'armée russe dans la région de Kiev, sans avancer de bilan spécifique à Boutcha.

Un cadavre étendu sur un trottoir à Boutcha (Ukraine), le 2 avril 2022. (RONALDO SCHEMIDT / AFP)

Avant l'arrivée de l'armée russe, le 27 février, trois jours après le début de l'invasion, Boutcha comptait 37 000 habitants. Les images d'avant la guerre laissent entrevoir une paisible banlieue arborée. Elle est aujourd'hui dévastée par les cratères d'obus, ses bâtiments brûlés ou détruits, ses rues jonchées de carcasses de voitures, dont au moins une est criblée de balles, selon l'AFP. La ville a eu le malheur de se situer à une quinzaine de kilomètres au nord-est de Kiev, à mi-chemin entre deux cibles prioritaires de l'armée russe : Hostomel, dont elle a tenté de prendre l'aéroport dès le premier jour de l'invasion, et Irpin, porte d'entrée de la capitale où a eu lieu d'intenses combats.

Des civils abattus dans leur voiture

Le retrait des forces russes et la libération des alentours de Kiev, revendiquée par l'Ukraine, ont également permis de découvrir l'ampleur des dégâts à Irpin. Un reportage de France 2 montre une ville ravagée par les bombardements, où on découvre également dans les rues les cadavres d'habitants qui semblaient chercher à fuir.

Un peu plus au sud, l'armée russe tenait également jusqu'à ces derniers jours une autoroute reliant Kiev à l'ouest de l'Ukraine. Une équipe de la BBC rapportait vendredi y avoir compté 13 corps carbonisés, dont certains apparaissent également sur les images d'un photographe ukrainien. Des images filmées au drone par des volontaires ukrainiens et obtenues par la BBC montrent des soldats russes abattre un couple de civils en route vers Kiev qui tentait de faire demi-tour après avoir aperçu un tank. Leurs corps se trouvent encore sur place.

Dans ces zones ravagées par les combats, les Ukrainiens découvrent également des mines et des projectiles n'ayant pas explosé, qui compliquent l'exploration des lieux et continuent de mettre en danger les civils et les soldats. Selon les services d'urgence ukrainiens, 643 engins explosifs ont été désactivés depuis le départ des forces russes rien qu'à Irpin et Boutcha. Vendredi, Volodymyr Zelensky accusait les Russes d'avoir piégé certains cadavres, des propos difficiles à vérifier à l'heure actuelle.

Des crimes de guerre documentés

Des témoignages recueillis par Human Rights Watch lèvent le voile sur ce qui s'est passé dans ces zones occupées par l'armée russe. A Boutcha, un témoin dit avoir vu les soldats arrêter cinq hommes, les forcer à s'agenouiller au bord d'une route et tuer l'un d'eux d'une balle derrière la tête. A Staryi Bykiv, à environ 80 km à l'ouest de Kiev, une femme dit avoir assisté à l'arrestation de deux hommes, dont son fils, puis avoir vu leur corps et ceux de quatre autres victimes exécutées. Dans un autre village près de Kiev, un homme a raconté à l'ONG avoir été menacé d'être abattu, car les soldats avaient découvert un fusil de chasse dans sa maison. Un autre témoignage porte sur des viols répétés par des soldats et d'autres sur des pillages. Ces actes "devraient faire l'objet d'enquêtes en tant que crimes de guerre présumés", estime Hugh Williamson, le directeur de Human Rights Watch en Europe, dans le communiqué de l'ONG.

"Les autorités russes devront répondre de ces crimes", a assuré Emmanuel Macron sur Twitter au sujet des morts de Boutcha, évoquant des images "insoutenables" et "des centaines de civils lâchement assassinés". "Profondément choqué", le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a jugé "essentiel qu'une enquête indépendante permette de faire rendre des comptes" aux responsables. Une enquête de la Cour pénale internationale sur les crimes commis en Ukraine est ouverte depuis début mars"Plus de sanctions et d'aide de l'UE sont en chemin", a de son côté assuré le président du Conseil européen, Charles Michel.

"Le massacre de Boutcha était délibéré. Les Russes veulent éliminer autant d'Ukrainiens qu'ils le peuvent."

Dmytro Kouleba, ministre des Affaires étrangères ukrainien

sur Twitter

Dans son message, le chef de la diplomatie ukrainienne a partagé des photos des horreurs commises et exigé de nouvelles sanctions contre la Russie. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a, lui, accusé une nouvelle fois la Russie de commettre un "génocide" en Ukraine pour éliminer "toute la nation".

Moscou, de son côté, a présenté les images des rues de Boutcha jonchées de cadavres comme la "nouvelle production du régime de Kiev pour les médias occidentaux", dans un communiqué du ministère de la Défense. Comme depuis le début de l'invasion de l'Ukraine, le discours russe est aux antipodes des affirmations de l'Ukraine et des journalistes sur place : "Pendant la période au cours de laquelle cette localité était sous le contrôle des forces armées russes, pas un seul résident local n'a souffert d'actions violentes".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.