Gaz : la crise russe va-t-elle nous obliger à baisser le chauffage ?

Publié Mis à jour
Gaz : la crise russe va-t-elle nous obliger à baisser le chauffage ?
France 2
Article rédigé par
A.Jolly, F.Mazoyer, V.Gaglione, T.Breton, F.Mazou, J.Pires - France 2
France Télévisions

Le prix du gaz en Europe a battu un record, lundi 7 mars, en bondissant de 60 %. Or, l'Europe achète 40 % de son gaz à la Russie. Il serait possible de réduire cette dépendance, en réduisant notre consommation. 

Pour réduire notre dépendance au gaz russe, il faudrait réduire la consommation de chauffage. La directrice d’Engie, Catherine Macgregor, a assuré sur France Inter qu’un degré de moins dans les foyers français ne “serait pas négligeable du tout”. Cela représenterait 12 à 15 méthaniers arrivant sur le territoire hexagonal. Une mesure loin d’être inutile, alors que le prix du gaz a grimpé de 60 % en moins d’une semaine, et se porte désormais à 345 euros le MWh. 

Vers un prolongement du bouclier tarifaire ? 

Dans ce contexte, certains ont déjà commencé à baisser le thermostat. Des Français privilégient désormais le pull en intérieur, et envisagent de changer leurs chaudières et radiateurs afin de consommer moins d’énergie. Une habitante de Lattes (Hérault) explique qu’elle envisage d'acheter un poêle à bois afin “d’être plus autonome au point de vue énergétique”. Pour les abonnés au gaz, le gouvernement envisage de prolonger le bouclier tarifaire jusqu’à fin 2022. Il permet de bloquer les prix à leur niveau de 2021. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.