Guerre en Ukraine : "Rien ne doit être exclu", déclare Emmanuel Macron au sujet de l'envoi de troupes occidentales à l'avenir

Article rédigé par Valentine Pasquesoone, Florence Morel
France Télévisions
Publié Mis à jour
franceinfo lundi 26 février
Une vingtaine de chefs d'Etat et de gouvernement se sont retrouvés lundi à Paris pour réaffirmer leur soutien à l'Ukraine. "Il n'y a pas de consensus aujourd'hui pour envoyer de manière officielle, assumée et endossée des troupes au sol. Mais en dynamique, rien ne doit être exclu", a déclaré à cette occasion le président français.

Ce qu'il faut savoir

Ce direct est désormais terminé. 

Une rencontre à l'Elysée suivie de près par Kiev. Une vingtaine de chefs d'Etat et de gouvernement, essentiellement européens, se sont réunis lundi 26 février à l'initiative d'Emmanuel Macron à Paris, afin de réaffirmer leur soutien à l'Ukraine. Lundi soir, le président français a pris la parole devant la presse à l'issue de cette conférence. "La défaite de la Russie est indispensable à la sécurité et à la stabilité en Europe", a insisté le président français, appelant à "faire ensemble encore davantage et plus vite" pour aider Kiev face à Moscou. "Il n'y a pas de consensus aujourd'hui pour envoyer de manière officielle, assumée et endossée des troupes au sol. Mais en dynamique, rien ne doit être exclu, a-t-il poursuivi. Nous ferons tout ce qu'il faut pour que la Russie ne puisse pas gagner cette guerre". 

"Nous ne sommes ni résignés, ni défaitistes." Le but de cette réunion est de "remobiliser et examiner tous les moyens de soutenir l'Ukraine efficacement", déclare l'Elysée. "Il s'agit de contredire l'impression que les choses sont en train de se déliter, de réaffirmer que nous ne sommes pas fatigués et que nous sommes déterminés à faire échec à l'agression russe. Nous voulons envoyer le message clair à Poutine qu'il ne l'emportera pas en Ukraine", insiste la présidence française. "Nous ne sommes ni résignés, ni défaitistes", martèle l'Elysée. Il n'y aura pas de victoire de la Russie en Ukraine".

L'aide européenne très attendue. Au moment où le soutien américain, crucial pour Kiev, est toujours bloqué au Congrès, et où la possibilité d'un retour de Donald Trump à la Maison Blanche donne des sueurs froides à l'UE, Emmanuel Macron appelle l'Europe à un "sursaut collectif" face à la Russie. La recrudescence des attaques cyber et informationnelles d'une Russie "de plus en plus agressive" devait être évoquée lors de la réunion, selon l'Elysée, qui fustige les manœuvres d'"intimidation" russes. 

Seulement un tiers des obus promis par l'UE livrés à Kiev. L'Ukraine n'a reçu que 30% du million d'obus d'artillerie promis par l'Union européenne l'an dernier, a annoncé le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, lundi. "Sur un million d'obus que l'Union européenne nous a promis, ce n'est pas 50% mais malheureusement 30% qui ont été livrés", a déclaré le dirigeant lors d'une conférence de presse à Kiev (Ukraine). L'UE s'est engagée en 2023 à envoyer à l'Ukraine un million d'obus d'artillerie avant la fin mars 2024, avant de reconnaître ne pas pouvoir atteindre cet objectif. 

Raphaël Glucksmann réclame "des actes". Le député européen, tête de liste Place publique et Parti socialiste pour les élections européennes, a réclamé sur franceinfo lundi "des actes" pour venir en aide à l'Ukraine. Les Ukrainiens ont "besoin d'armes, de munitions, d'aviation, d'artillerie", et il faut du "sérieux" sur les sanctions adressées à la Russie, estime-t-il.

Le Live

L'actu en continu
  • Avatar
    Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #UKRAINE "L'envoi de troupes en Ukraine ferait de nous des belligérants. La guerre contre la Russie serait une folie", écrit sur X Jean-Luc Mélenchon après qu'Emmanuel Macron a dit que "rien ne doit être exclu" au sujet de l'envoi de troupes occidentales au sol, en Ukraine.
  • Avatar
    Avatar
    le point sur l'actu
    Il y a 0 sec
    Il est un peu plus de 6 heures, voici un premier point sur l'actualité du jour :
    • #UKRAINE Emmanuel Macron a affirmé que l'envoi de troupes occidentales au sol en Ukraine ne doit pas "être exclu" à l'avenir, à l'issue d'une réunion de soutien à Kiev en présence de plusieurs chefs d'Etat. Le président français a précisé qu'il n'y avait "pas de consensus" trouvé à ce stade pour cette hypothèse.
    • #AGRICULTURE Le Premier ministre Gabriel Attal est attendu ce matin au Salon de l'agriculture, quelques jours après la visite mouvementée du président de la République.
    • #METEO Six départements sont toujours placés en vigilance orange aux crues : la Dordogne, la Charente-Maritime, la Charente, la Gironde, le Pas-de-Calais et la Seine-et-Marne. Les Pyrénées-Atlantiques sont, elles, en alerte aux avalanches.
    • #ISRAEL_PALESTINE Joe Biden a "espoir" qu'un cessez-le-feu soit décidé à Gaza "d'ici lundi prochain", au moment où les discussions se poursuivent en vue d'un accord comprenant notamment la libération d'otages détenus par le Hamas.
  • Avatar
    Avatar
    le point sur l'actu
    Il y a 0 sec
    Il est minuit, voici le dernier point sur l'actualité :
    #UKRAINE Emmanuel Macron a affirmé que l'envoi de troupes occidentales au sol en Ukraine ne doit pas "être exclu" à l'avenir à l'issue d'une réunion d'une vingtaine de chefs d'Etat et de gouvernement réunis à Paris pour réaffirmer leur soutien à Kiev. Toutefois, le chef de l'Etat a précisé qu'il n'y avait "pas de consensus" trouvé à ce stade pour cette hypothèse.
    #OTAN Le Parlement hongrois a ratifié l'adhésion de la Suède à l'Otan, ultime étape pour rejoindre l'Alliance atlantique. Le Premier ministre suédois a salué "un jour historique".
    #AVALANCHE On en sait un peu plus sur l'identité des victimes de l'avalanche survenue hier dans le Puy-de-Dôme. "Les quatre victimes sont françaises", a annoncé à l'AFP le capitaine Thomas Brobeck, commandant du PGHM du Mont-Dore où a eu lieu l'accident.
    • #METEO Six départements sont placés en vigilance orange aux crues : la Dordogne, la Charente-Maritime, la Charente, la Gironde, le Pas-de-Calais et la Seine-et-Marne, ajoutée dans la soirée. Par ailleurs, les Pyrénées-Atlantiques seront en alerte aux avalanches à partir de demain matin.
  • Avatar
    Avatar
    Florence Morel
    franceinfo Il y a 0 sec
    #UKRAINE Bonsoir @Renar972. Comme précisé, il n'y a "pas de consensus aujourd'hui pour envoyer de manière officielle, assumée et endossée des troupes au sol. Mais en dynamique, rien ne doit être exclu. Nous ferons tout ce qu'il faut pour que la Russie ne puisse pas gagner cette guerre", a expliqué Emmanuel Macron. Le chef de l'Etat n'a pas souhaité en dire plus sur la position de la France sur cette question, évoquant une "ambigüité stratégique que j'assume".
  • Avatar
    Avatar
    Renard972
    Il y a 0 sec
    #UKRAINE Non mais il est complètement cinglé ou quoi??? Il veut déclencher une troisième guerre mondiale ??? Je suis outre du comportement d’adolescent delirant de ce « président »…
  • Avatar
    Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #UKRAINE À Robotyne (Ukraine), malgré le manque de munitions, les Ukrainiens mettent toutes leurs forces dans la bataille. Ils tentent de repousser les Russes, qui avancent un peu plus chaque jour. Pour les Ukrainiens, freiner un assaut est aussi difficile que de mener une offensive.
  • Avatar
    Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #UKRAINE Lors de la conférence de presse, Emmanuel Macron a également affirmé que l'envoi de troupes occidentales au sol en Ukraine ne doit pas "être exclu" à l'avenir. Toutefois, le chef de l'Etat a précisé qu'il n'y avait "pas de consensus" trouvé à ce stade pour cette hypothèse.
  • Avatar
    Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #UKRAINE La conférence de presse du président est terminée. N'hésitez pas à poser vos questions et vos remarques en commentaire.
  • Avatar
    Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #UKRAINE Le président affirme que les pays présents se sont mis d'accord sur "cinq catégories d'actions su lesquelles il y a un consensus pour prendre de nouvelles initiatives" :
    • le "cyberdéfensif",
    • la "coproduction d'armements de capacité militaire, de munition, en Ukraine",
    • la "défense de pays menacés directement par l'offensive russe en Ukraine, en particulier la Moldavie",
    • la "capacité de soutenir l'Ukraine à sa frontière avec la Biélorussie avec des forces non militaires",
    • et des "opérations de déminage".
  • Avatar
    Avatar
    Emmanuel Macron
    président de la République Il y a 0 sec
    #UKRAINE "La Russie ne peut ni ne doit gagner cette guerre, dont elle est l'unique agresseur et celle qui en a décidé le début et la conduite. La Russie, de fait aujourd'hui, menace notre sécurité collective, par ses actions en Ukraine et ses attaques multiples hybrides à notre égard. Nous voulons éviter toute escalade."