Crise en Ukraine, sanctions envisagées contre la Russie : Thierry de Montbrial livre son analyse

Publié
Crise en Ukraine, sanctions envisagées contre la Russie : Thierry de Montbrial livre son analyse
Article rédigé par
J.Chamoulaud - franceinfo
France Télévisions

Invité dans le 23 heures de Franceinfo mardi 25 janvier, Thierry de Montbrial, président de l’Institut français des relations internationales (IFRI), détaille la stratégie de la Russie dans la crise qui a lieu en Ukraine.

Président de l’Institut français des relations internationales (IFRI), Thierry de Montbrial présente, sur le plateau du 23 heures de Franceinfo mardi 25 janvier, Europe, sortie de crises, le nouveau numéro de la revue de son institut. Interrogé sur la situation en Ukraine et notamment les mouvements de troupes russes à la frontière, il déclare que "ça fait partie de la gesticulation qui est tout à fait habituelle dans les relations internationales. Ce qu’il faut voir, c’est quels sont les buts de Poutine. Les buts de Poutine sont extrêmement simples et on les connaît depuis plus de vingt ans. Les Russes ne veulent pas reconstituer l’empire, ça n’a aucun sens. Ils veulent qu’il n’y ait pas de menace dans leur voisinage. Tout grand État résonne de cette manière", analyse-t-il. Selon lui, l’objectif de la Russie est d’obtenir "une nouvelle conférence sur la sécurité en Europe qui règle les relations entre ces pays".

Priver la Russie du système S.W.I.F.T ?

Des sanctions économiques pourraient être envisagées contre la Russie comme la priver du système S.W.I.F.T, ce qui perturberait les relations commerciales entre le pays et les Occidentaux. S.W.I.F.T "est un réseau titanesque, une messagerie ultra sécurisée qui est dédiée aux transactions financières et aux banques. L’entreprise a été créée en 1979, elle est aujourd’hui implantée en Belgique", explique le journaliste Jean Chamoulaud. Il ajoute que 11 000 institutions financières l’utilisent dans 200 pays à travers le monde. 40 millions de transactions sont réalisées chaque jour. Thierry de Montbrial estime que si cette sanction est prise, les pays européens seront "les principales victimes". "La Russie, la Chine etc.. s’organiseront", assure-t-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.