Ukraine : l'eurodéputée Nathalie Loiseau promet à la Russie "des sanctions sans précédent" de l'Union européenne

écouter (7min)

L'eurodéputée LREM et présidente de la sous-commission Sécurité et Défense Nathalie Loiseau était l'invitée du 18h50 franceinfo, mardi.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
L'eurodéputée Nathalie Loiseau au Parlement européen, en mars 2021. (MARTIN BERTRAND / HANS LUCAS VIA AFP)

L'eurodéputée LREM Nathalie Loiseau a indiqué mardi 25 janvier sur franceinfo que la Russie se préparait à "des sanctions sans précédent" de la part de l'Union européenne. De son côté, Emmanuel Macron a prévenu que la Russie paierait un coût "très élevé" en cas d'attaque contre l'Ukraine. Le président français aura vendredi un entretien téléphonique avec son homologue russe Vladimir Poutine sur la crise ukrainienne.

"L'objectif des efforts déployés par Emmanuel Macron et par l'ensemble des Européens et des Américains, c'est de dissuader la Russie d'agresser l'Ukraine", précise Nathalie Loiseau, "avec des efforts diplomatiques, mais aussi avec une capacité de dissuasion qui consiste à préparer des sanctions comme nous n'en avons jamais pris vis-à-vis de la Russie, si elle venait à mettre ses menaces à exécution".

La présidente de la sous-commission Sécurité et Défense au Parlement européen assure que "beaucoup de choses sont en préparation". "Emmanuel Macron va parler" vendredi "à Vladimir Poutine". Mercredi, une réunion "avec Russes, Ukrainiens, Français, Allemands" aura lieu. "Tous les efforts diplomatiques sont déployés pour éviter un conflit, parce que les premiers à ne pas souhaiter le conflit sont les Ukrainiens", assure Nathalie Loiseau. "Nous sommes au rendez-vous."

"Il n'y a pas intérêt"

Interrogée sur l'envie de la Russie d'envahir l'Ukraine, l'eurodéputée pointe "la nostalgie du passé" du président russe. "Je ne suis pas dans la tête de Vladimir Poutine. Mais ce que l'on entend du président russe depuis des années, c'est la nostalgie d'un âge passé, celui de la guerre froide, celui où l'Union soviétique était plus vaste que la Russie d'aujourd'hui, et la nostalgie d'une Russie qui dénierait à ces voisins le droit de vivre en démocratie, le droit de choisir leur modèle politique et le droit de choisir leurs alliés."

L'eurodéputée rappelle que la Russie "a attaqué et annexé la Crimée au moment où l'Union européenne a signé un accord d'association avec l'Ukraine". Selon elle, ce que "craint plus que tout Vladimir Poutine, c'est le modèle" que représente l'Union européenne.

Nathalie Loiseau martèle que "tous les efforts diplomatiques sont faits pour dissuader Vladimir Poutine de prendre un risque trop grand pour lui, trop grand pour la Russie. Il n'y a pas intérêt". Elle estime que "le peuple russe attend autre chose".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.