Brexit : que prédisent les bookmakers britanniques ?

Gros parieurs, les Britanniques votent jeudi pour dire s'ils veulent rester dans l'Union européenne ou non. Francetv info s'est penché sur les cotes des différents scénarios.

Un partisan du maintien du Royaume-Uni dans l\'Union européenne fait campagne à Londres, le 20 juin 2016.
Un partisan du maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne fait campagne à Londres, le 20 juin 2016. (JUSTIN TALLIS / AFP)

A quatre jours du référendum sur le Brexit, qui décidera de l'avenir du Royaume-Uni dans l'Union européenne, sondages et bookmakers fonctionnent à plein régime. Dans le pays où tout est prétexte à pari, du prénom du futur "royal baby" à celui de l'homme politique qui remplacerait le Premier ministre David Cameron en cas de démission, la cote des spécialistes apparaît comme un indicateur des tendances de l'opinion.

Depuis l'ouverture des paris sur le Brexit, nombreux sont les Britanniques à avoir tenté leur chance en ligne. Le site spécialisé Ladbrokes a confié à Business Insider  (en anglais) avoir enregistré plus de 10 000 votes individuels, ce qui rejoindrait les niveaux de prises de paris pour la Coupe du monde de football. Le niveau des mises est même "en passe de détrôner celui du référendum d'il y a deux ans sur l'indépendance écossaise" et de battre un record avec un montant global de 25 millions d'euros, explique Le Figaro.

Le Brexit a longtemps été l'hypothèse privilégiée des parieurs

Lundi à la mi-journée, William Hill, le leader du marché, estimait à 83% les chances d'un maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne (soit une cote de 1 contre 5), contre 22% pour le scénario d'une sortie (une cote de 7 contre 2). Les bookmakers s'accordent donc à dire que le Brexit, ce ne sera pas pour le 23 juin. Mais ils n'ont pas toujours été aussi catégoriques sur le sujet.

Les cotes sont très variables et l'équilibre s'est inversé plusieurs fois dans les dernières semaines. Le 14 juin, le directeur des paris politiques de Ladbrokes a déclaré au Telegraph (en anglais) que les chances de victoire du camp du Brexit étaient de 43%. Un pourcentage qui n'a pas toujours été aussi élevé. "La proportion d'argent placée sur la sortie de l'Union européenne est passée de 6% au début du mois de mai à plus de 40% un mois plus tard", avait-il nuancé.

Mais le meurtre de Jo Cox a marqué un tournant dans la campagne

Après le meurtre de la députée Jo Cox, pro-européenne et fervente partisane du maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne, la campagne électorale a certes été suspendue. Mais à sa reprise, l'hypothèse d'un maintien a refait son retard dans les sondages et semble de plus en plus probable. De la même manière, les paris en faveur du maintien du pays dans l'UE ont enregistré une nouvelle augmentation.

Lundi 20 juin, le directeur des paris politiques de Ladbrokes a affirmé au journal britannique Mirror que "la proportion d'argent placée sur le camp de la sortie a atteint son apogée il y a quelques semaines. Le tableau est certainement bien différent de lundi dernier". Après ce tournant dramatique dans la campagne, les bookmakers s'accordent désormais à dire que la victoire est pratiquement assurée pour les partisans du maintien dans l'Union européenne.