Brexit : le retrait britannique du programme Erasmus, un coup dur pour les étudiants

Après l’accord avec l’Union européenne sur le Brexit, jeudi 24 décembre, Boris Johnson a annoncé le retrait du Royaume-Uni du programme Erasmus pour des raisons économiques. Une décision que regrette Thomas Clay, professeur de droit à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

franceinfo

L’accord avec l’Union européenne au sujet du Brexit, jeudi 24 décembre, a également signifié la fin de la participation du Royaume-Uni au programme d’échange Erasmus. "Je déplore cette décision, c’est une logique purement comptable qui l’emporte sur la générosité, l’ouverture, le savoir, la culture. C’est le socle culturel européen depuis plus de 30 ans", a regretté Thomas Clay, professeur de droit à Paris 1 Panthéon-Sorbonne, invité du 23h de Franceinfo.

Hausse drastique des frais d’inscription

Pour lui, c’est un symbole qui a été touché. "Des millions d’étudiants ont pu découvrir d’autres pays, ils ont fait l’Union européenne. On dit même qu’il y a un million de bébés Erasmus qui sont nés de ces voyages. Cela va accentuer le détachement du Royaume-Uni à long-terme", a estimé le professeur de droit. L’avantage pour les étudiants était aussi de payer les frais de scolarité du pays d’origine. "Un Français en Angleterre payait, comme en France, 170 euros. L’année prochaine, il devra payer les droits anglais d’environ 10 000 euros", conclut Thomas Clay.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un amphithéâtre de l\'université Jean Jaurès à Toulouse (Garonne) le 14 octobre 2020.
Un amphithéâtre de l'université Jean Jaurès à Toulouse (Garonne) le 14 octobre 2020. (LILIAN CAZABET / HANS LUCAS / AFP)