"Ça gâche tout" : l'amertume des étudiants français après l'annonce de la fin du programme Erasmus avec le Royaume-Uni

Dans le cadre de l'accord post-Brexit conclu jeudi 24 décembre avec l'Union européenne, le Premier ministre britannique a pris la décision d'abandonner le programme européen Erasmus. Boris Johnson justifie ce choix par des questions de coûts. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des étudiants sur le parvis de l'hôtel de ville à Paris, le 9 mai 2014. (BRUNO LEVESQUE / MAXPPP)

"C'était un projet mûrement réfléchi. Ça faisait des années que j'y pensais. Là, il y a tout qui tombe à l'eau alors que moi je m'imaginais là-bas", regrette Camélia, 22 ans, étudiante en licence d'anglais à Perpignan. Le premier ministre anglais a en effet d'écider d'abandonner le programme européen d'échanges d'étudiants Erasmus. Boris Johnson a annoncé cette décision jeudi 24 décembre après l'accord post-Brexit trouvé avec l'Union européenne. 

Pour Camélia, le décollage pour Edimbourg, en Ecosse, était prévu en septembre prochain et l'étudiante se préparait déjà : "Je regarde des séries sur la royauté à l'époque en me disant que j'allais aller là-bas, en Ecosse et que ça allait être trop bien. Je suis vraiment déçue." Camélia envisage de devenir professeur d'anglais. Elle a donc du mal à faire une croix sur le projet : "Partir au Royaume-Uni ça allait m'aider à parfaire la langue, à découvrir une nouvelle culture. Ça allait beaucoup m'aider. On m'a dit que pour mon projet professionnel il fallait que je parte en immersion totale dans un pays anglophone et là ça gâche tout." 

Erasmus c'est vraiment bénéfique et positif. C'est un peu l'auberge espagnole, ce n'est pas qu'un cliché, c'est vraiment ça

Louise, étudiante

franceinfo

Et Camélia n'est pas la seule à être déçue. Les étudiants déjà sur place le sont aussi comme Louise, 20 ans, étudiante en licence d'histoire et d'anglais : "De me dire qu'on sera les derniers, ça va vraiment être dur." La jeune femme profite depuis quelques mois déjà d'un échange à l'université de Warwick en Angleterre. Un séjour au cours duquel elle a fait beaucoup de rencontres, découvert une nouvelle façon d'apprendre... Et tout ça à moindre coup grâce au programme Erasmus alors que normalement en Angleterre il faut compter jusqu'à 10 000 euros pour s'inscrire : "Avec le programme Erasmus, on touche une bourse de la part de l'Union européenne qui permet à un plus grand nombre de partir", explique l'étudiante.

"Je trouve ça très lâche"

Ryan, 19 ans, étudiant en information et communication à Metz, rêvait, lui, de faire un master outre-Manche. Il est donc forcément très déçu et en veut beaucoup au premier ministre  Boris Jonhson qui a pris la décision d'arrêter le programme européen après 33 ans de coopération : "Je pense que l'éducation et l'enseignement n'ont pas de prix. Justifier l'arrêt d'Erasmus pour des coupes budgétaires et pour faire des économies, je trouve ça très lâche."

Chaque année, environ 4 500 étudiants français partent en Erasmus au Royaume-Uni. De son côté, le gouvernement britannique a déjà annoncé le remplacement d'Erasmus par un autre programme d'échanges mondial.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.