VIDEO. Accidents de trains : y a-t-il une loi des séries ?

Quatre catastrophes ferroviaires meurtrières se sont produites en 23 jours, au Québec, en France, en Espagne et en Suisse. Au-delà de la série noire, existe-t-il un lien entre ces drames ?

France 2

Le 6 juillet, un train comportant 72 wagons-citernes de pétrole déraille au Québec et explose, détruisant des dizaines de bâtiments : 47 personnes sont tuées. Le 12 juillet, un train déraille en gare de Brétigny-sur-Orge, en banlieue parisienne. Il y a 7 morts. Le 24 juillet, un troisième train déraille près de Saint-Jacques-de-Compostelle, dans le nord-ouest de l'Espagne. Le drame fait 79 morts. Le 29 juillet, deux trains se percutent frontalement à Granges-près-Marnand, en Suisse romande. L'un des conducteurs est tué. Quatre catastrophes ferroviaires meurtrières en 23 jours.  Au-delà de la série noire, existe-t-il une loi des séries ? 

"Scientifiquement, non", répond Valéry Lerouge, journaliste à France 2. Il y a bien un point commun entre ces drames : tous impliquent des trains, et ont eu lieu sur des rails. Mais les origines semblent bien différentes.

Une loi des probabilités

Des enquêtes sont en cours pour déterminer les causes exactes de ces catastrophes. Cependant, des éléments nourrissent déjà les hypothèses des enquêteurs. Au Québec, le conducteur du train a immobilisé le convoi dans un village et l'a quitté avant l'arrivée de son remplaçant. Le "train-fantôme" s'est remis à rouler et est arrivé en trombe dans la ville de 6 000 habitants où s'est produit l'accident. A Brétigny, l'éclisse est  très probablement à l'origine du drame. Cette pièce d'acier de dix kilos reliant deux rails aurait basculé. En Espagne, le conducteur est inculpé pour 79 faits d'homicide par imprudence. Il aurait circulé à  190 km/h, au lieu de 80 km/h dans un virage dangereux. Il aurait expliqué avoir été distrait. En Suisse enfin, un des conducteurs n'aurait pas respecté la signalisation.

S'il n'y a pas de loi des séries, il y a bien une loi des probabilités, explique Valéry Lerouge, calcul à l'appui. A l'été 2005, cinq crashs d'avion s'étaient produits en trois semaines. Or, il y a en moyenne un accident d'avion tous les 500 000 vols. Et 20 000 décollages ont lieu chaque jour. La probabilité de concentrer cinq crashs en 22 jours est donc d'une sur dix.

Deux trains régionaux se sont percutés frontalement, le 29 juillet 2013, à Granges-près-Marnand, en Suisse romande.
Deux trains régionaux se sont percutés frontalement, le 29 juillet 2013, à Granges-près-Marnand, en Suisse romande. (ALAIN GROSCLAUDE / AFP)