Oskar Gröning, l'un des derniers nazis jugés en Allemagne

Âgé de 93 ans, "le comptable d'Auschwitz" encourt entre trois et quinze ans de prison pour son rôle dans l'extermination de 300 000 juifs.

Voir la vidéo
FRANCE 3

Soixante-dix ans après la libération des camps de concentration, le procès d'Oskar Gröning,  a débuté ce mardi 21 avril, à Lüneburg, en Allemagne. La justice s'intéresse au rôle qu'il a joué dans la mort d'au moins 300 000 juifs, entre mai et juillet 1944. Si l'accusation ne lui reproche aucune violence, elle le présente comme un rouage de l'extermination. À l'arrivée dans le camp de concentration d'Auschwitz, cet ancien SS récupérait l'argent et les objets de valeur des déportés pour les envoyer en Allemagne.

Des remords de circonstances ?

Celui qu'on surnomme "le comptable d'Auschwitz" connaissait l'existence des chambres à gaz. Pourtant, dans une interview donnée il y a douze ans, il n'exprimait aucun regret. "C'est comme ça, c'est la vie. Est-ce que je dois me mortifier et vivre de charité [...] simplement parce que j'ai appartenu à cette organisation ?" avait alors déclaré Oskar Gröning.

Aujourd'hui, l'ancien SS n'a visiblement plus le même discours. "Oui, je partage une culpabilité morale", a-t-il déclaré à l'ouverture de son procès... tout en continuant à clamer qu'il n'avait que des tâches administratives dans le camp de concentration.

Le JT
Les autres sujets du JT