Alstom-Siemens : un veto favorable aux consommateurs

La commission européenne a mis son veto au sujet de la fusion entre Alstom et Siemens, mercredi 6 février. Une décision qui vise notamment à protéger les consommateurs.

FRANCE 2

Le Premier ministre Édouard Philippe a regretté mercredi 6 février la décision de la commission européenne, qui a mis son veto à la fusion entre Alstom et Siemens. "L'enquête conclut que ce mariage franco-allemand aurait bénéficié, c'est certain, aux deux entreprises, mais pas aux consommateurs européens", souligne la journaliste Alexandra Bensaïd en plateau.

Clarifier les priorités

Après cette annonce, les gouvernements français et allemand n'ont pas caché leur déception. Mais les autres pays européens n'ont pas fait état de grands regrets. Face à la concurrence américaine et asiatique se posent malgré tout de nouvelles questions, à quelques mois des élections européennes. "C'est le moment d'armer l'Europe, il faut discuter de nos priorités : le consommateur ou les usines, les prix ou les emplois", poursuit la journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un TGV en cours de fabrication dans l\'usine Alstom de Belfort le 26 octobre 2017.
Un TGV en cours de fabrication dans l'usine Alstom de Belfort le 26 octobre 2017. (SEBASTIEN BOZON / AFP)