Cet article date de plus de huit ans.

21 interpellations en Belgique au cours d'un coup de filet antiterroriste

Plusieurs opérations de police ont été menées en Belgique dimanche soir. Vingt-et-une personnes ont été interpellées, dont une a été blessée. Salah Abdeslam "n'a pas été trouvé", a annoncé le parquet fédéral. A Bruxelles, l'alerte maximale est maintenue pour lundi.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
  (La police belge a mené dimanche soir 19 perquisitions dans la région de Bruxelles, comme ici à Molenbeek, la commune dont est originaire Salah Abdeslam, qui reste toujours introuvable © REUTERS/Yves Herman)

Dix jours après les attentats de Paris, la Belgique concentre toute l’attention lundi matin. La police belge a mené une vingtaine de perquisitions, dans six communes de l’agglomération bruxelloise, dont Molenbeek, Anderlecht, Woluwe-Saint-Lambert ou encore Forest, ainsi qu’à Charleroi, à cinquante kilomètres au Sud. La police a ouvert le feu à deux reprises sur un véhicule suspect à Molenbeek, blessant son conducteur qui a été arrêté.

Ce sont désormais 21 personnes qui ont été interpellées au cours de ces opérations. Les cinq dernières ont eu lieu ce lundi matin. Jusqu'à présent. Ces personnes seront présentées dans la journée au juge d’instruction anti-terroriste qui devra statuer sur leur sort sous 48 heures. Elles seront alors ou bien inculpées d’activité en relation avec une entreprise terroriste, ou bien libérées. Dès ce lundi matin, les enquêteurs examineront aussi de plus près différents objets et documents saisis dans les immeubles perquisitionnés.

L’opération a durée près de 4 heures. Les précisions de Thierry Werts, substitut du procureur federal

Salah Abdeslam reste toujours introuvable

En dépit des efforts des autorités belges, le suspect actuellement le plus recherché depuis les attentats de Paris ne figure pas au nombre des personnes interpellées. Pourtant, à la suite d’éléments recueillis au cours d’une des perquisitions à Dampremy, dans les faubourgs de Charleroi, le Français de 26 ans aurait formellement été identifié par une patrouille du peloton anti-banditisme à Rocourt, sur les hauteurs de Liège. Le conditionnel s’impose cependant puisque le parquet fédéral n’a pas confirmé cette information. Toujours est-il qu’Abdeslam, ou quelqu’un lui ressemblant fortement, s’est aperçu de la filature dont il faisait l’objet et aurait pris l’autoroute en direction de la frontière allemande à bord d’une BMW déjouant ses poursuivants et évitant les barrages mis en place par la police. Le rôle de Salah Abdeslam dans la préparation de futurs attentats en Belgique fait cependant l’objet d’incertitudes puisqu’il n’est pas acquis qu’il soit encore en liaison avec les commanditaires qui l’avaient envoyé à Paris il y a dix jours.

Bruxelles reste en état d'alerte maximale

Dimanche soir, les autorités belges avaient demandé aux médias du pays de s’abstenir de donner en temps réel des indications précises sur les mouvements de policiers avant la fin des opérations en cours. Cette consigne, étendue aux internautes, a été respectée.  Pour les autorités belges, la menace d’attentat est toujours "sérieuse et imminente" à Bruxelles. L’alerte maximale va donc rester en vigueur ce lundi dans la capitale belge, pour le troisième jour consécutif. Les métros ainsi que les écoles et les universités resteront fermées.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.