Cet article date de plus de six ans.

Attentats : l'alerte maximale maintenue dans la capitale belge

Plusieurs opérations de police ont été menées en Belgique dimanche soir. 16 personnes ont été interpellées, dont une a été blessée. Salah Abdeslam "n'a pas été trouvé", a annoncé le parquet fédéral. A Bruxelles, l'alerte maximale est maintenue pour lundi : les écoles resteront fermées, tout comme le métro, à l'arrêt depuis samedi.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Plusieurs opérations ont été menées dimanche soir à Bruxelles et Charleroi © MaxPPP)

Un juge d'instruction décidera lundi du maintien ou non en détention de ces 16 suspects. Salah Abdeslam, l'un des suspects-clé des attaques de Paris, ne figure pas parmi les personnes interpellées, a indiqué le parquet fédéral. Malgré la fin des opérations de police, les autorités maintiennent le niveau maximum de l'alerte, soit le niveau 4, et les mesures qui en découlent pour la Région bruxelloise ce lundi. Le reste du pays est maintenu au niveau 3. "Nous mobilisons aussi dans le pays les moyens qui sont nécessaires ", avait déclaré le Premier ministre belge Charles Michel un peu plus tôt dans la soirée. 

La crainte d'une "réplique"

Charles Michel a répété que ce que les autorités redoutent, c'est une réplique, en Belgique, des attaques perpétrées vendredi 13 novembre en France , "avec plusieurs individus qui peut-être même lancent des offensives à plusieurs endroits en même temps ". Le Premier ministre belge a fait part d'indications "qui laissent penser que les cibles potentielles sont des endroits fort fréquentés, comme les centres commerciaux, les rues commerçantes, les transports publics ".

Le Premier ministre belge, Charles Michel, annonce dimanche soir le maintien de l'alerte maximale à Bruxelles
écouter

Le Conseil national de sécurité, qui regroupe les principaux ministres et les agences de sécurité du pays, a donc décidé dimanche soir de renforcer les mesures exceptionnelles dont certaines sont déjà en vigueur depuis samedi. Le métro restera donc à l'arrêt lundi à Bruxelles et dans son agglomération, où 1.000 soldats ont été mobilisés dès samedi pour des patrouilles, soit le double des effectifs déployés une semaine plus tôt. Les écoles resteront également fermées. Une nouvelle évaluation sécuritaire de la situation sera faite lundi dans l'après-midi.

 

La ville de Bruxelles, où siègent l'Otan et les institutions européennes, n'avait pas été placée en état d'alerte maximale depuis fin 2007, début 2008, lorsque les autorités belges avaient soupçonné une opération terroriste en préparation visant à faire évader l'islamiste tunisien Nizar Trabelsi de sa prison en Belgique. L'état d'alerte avait  alors été maintenu pendant environ un mois.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.