Cet article date de plus de deux ans.

Espionnage des Européens par la NSA : "Ces faits potentiels sont graves", réagit le secrétaire d'État Clément Beaune

Publié Mis à jour
Article rédigé par franceinfo
Radio France

Selon un consortium de médias européens, l'agence de renseignement des États-Unis a espionné plusieurs personnalités européennes entre 2012 et 2014 avec l'aide des services de renseignement danois. 

"Entre alliés, il doit y avoir, même si on n'est pas dans un monde de Bisounours, une confiance, une coopération minimale, donc ces faits potentiels sont graves", a déclaré Clément Beaune, secrétaire d'État chargé des Affaires européennes, lundi 31 mai sur franceinfo après, les révélations d'un consortium de médias européens sur la NSA.

>>> Espionnage de la NSA, pass sanitaire, déclarations de Guillaume Peltier... Le "8h30 franceinfo" de Clément Beaune.

L'enquête, révélée dimanche, montre que l'agence de renseignement des États-Unis a espionné plusieurs personnalités européennes entre 2012 et 2014 avec l'aide des services de renseignement danois. Parmi elles, notamment, la chancelière allemande Angela Merkel et des Français dont l'identité n'est pas connue. 

"On n'est pas dans un monde de Bisounours, donc ce genre de comportement, malheureusement, peut arriver, on va le vérifier, et ensuite en tirer les conséquences de nos coopérations."

Clément Beaune

à franceinfo

Selon le secrétaire d'État chargé des affaires européennes, la priorité est de "vérifier si nos partenaires danois ont commis des erreurs ou des fautes dans leur coopération avec les services américains. Je ne sais pas le dire, mais c'est ça qu'il faut vérifier d'abord, puisqu'il y a eu, si je puis dire, un branchement sur des câbles danois".

Il y aura "des protestations diplomatiques"

Quelle réaction adopter face aux Américains ? Clément Beaune affirme qu'il faut d'abord "voir si en effet il y a eu, à travers cette technique, indirectement, de l'écoute, de l'espionnage de responsables politiques, ce qu'on ne doit pas banaliser, ce qui est très grave".

Le secrétaire d'État a toutefois insisté sur la "coopération" entre les Etats-Unis et l'Union européenne, "qui marche dans les deux sens" : "Ce n'est pas parce que les Américains ont des moyens d'écoute et de renseignement plus puissants que ceux de la plupart de leurs alliés européens, qu'ils n'ont pas aussi besoin de nous. Pour que ça fonctionne, il faut créer un climat de confiance, et les Américains ont vraiment besoin qu'on leur fournisse un certain nombre de renseignements de coopération. Ça nous aide aussi."

"Si on était dans un climat qui n'est pas un climat de confiance et qui n'est pas un climat de bonne coopération, ça serait dommageable pour les Américains aussi. On n'est pas sans moyens".

Clément Beaune

à franceinfo

Si les faits d'espionnage révélés par le consortium de journalistes étaient avérés, Clément Beaune prévient : "il va y avoir un certain nombre de protestations diplomatiques, mais je crois que pour nos alliés et amis américains, si on se comporte comme ça, on ne peut pas attendre qu'il y ait une bonne coopération entre les services. On a besoin de ces coopérations, donc de travailler ensemble plutôt que de s'espionner mutuellement".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.