Mise sous tutelle de la Catalogne : "Il n'est pas question" d'envoyer l'armée

Le géographe et chercheur en géopolitique, Cyril Trépied, rappelle que le vote en faveur de l'article 155 "ne parle pas d'armée".

Des Catalans célèbrent le vote au parlement catalan ouvrant la voie à l\'indépendance de la région, le 27 octobre.
Des Catalans célèbrent le vote au parlement catalan ouvrant la voie à l'indépendance de la région, le 27 octobre. (LLUIS GENE / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Le Parlement catalan a approuvé, vendredi 27 octobre, l'"indépendance" de la Catalogne. Immédiatement, les autorités espagnoles ont riposté en ouvrant la voie à la mise sous tutelle de la région : le sénat a autorisé la mise en oeuvre de l'article de la Constitution espagnole qui permet au gouvernement de Mariano Rajoy d'administrer directement la Catalogne.

Cyril Trépied, géographe, chercheur en géopolitique, rappelle qu'il n'est pas question d'envoyer l'armée en Catalogne : "L'article 155 ne parle pas d'armée. Comme levier extrême, en plus de l'article 155, il y avait la loi de sécurité nationale, depuis 2015, qui permettait sur simple décret et sans contrôle parlementaire, de suspendre cette autonomie. Et puis, cas vraiment extrême, il y avait l'état de siège, effectivement : envoyer l'armée. Rajoy ne l'a pas fait", rappelle Cyril Trépied.

"Il n'a pas utilisé ces deux outils extrêmes. Il a demandé et obtenu l'application de l'article 155. Donc non, il ne faut pas grossir exagérément ce danger. Il est question d'obliger, c'est le texte de l'article 155, les autorités d'une communauté autonome à respecter leurs obligations", explique le géographe.