DIRECT. Indépendance de la Catalogne : Mariano Rajoy destitue le président catalan Carles Puigdemont et dissout le Parlement de Barcelone

Le chef du gouvernement espagnol a pris la parole après une réunion extraordinaire avec son gouvernement.

Mariano Rajoy, le 27 octobre 2017, à Madrid. 
Mariano Rajoy, le 27 octobre 2017, à Madrid.  (OSCAR DEL POZO / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Il regrette une "triste journée". Mariano Rajoy a annoncé la destitution de Carles Puigdemont, le président catalan, vendredi 27 octobre, quelques heures après la proclamation de l'indépendance de la région par le Parlement catalan. Le Premier ministre espagnol a aussi annoncé la dissolution du parlement de Barcelone, ainsi que la tenue d'élections en Catalogne le 21 décembre. Mariano Rajoy compte également saisir le Tribunal constitutionnel pour obtenir la nullité des mesures adoptées par le Parlement catalan.

Une procédure judiciaire pour "rébellion". Le parquet général d'Espagne a annoncé, de son côté, qu'il allait engager, la semaine prochaine, une procédure judiciaire contre le président catalan Carles Puigdemont pour "rébellion"

 Aucun pays n'a reconnu l'indépendance de la Catalogne, pour le moment. A l'inverse, de nombreux pays européens ont soutenu l'Espagne. Emmanuel Macron a déclaré son "plein soutien" à Mariano Rajoy. Londres, Berlin ainsi que Donald Tusk, le président du Conseil européen, ont affirmé qu'il ne reconnaissait pas d'autre gouvernement que celui de Madrid.


Le Parlement catalan vote l'indépendance. 
La résolution proclamant l'indépendance de la Catalogne a été adoptée avec 70 voix favorables, sur 135 députés. Majoritaires, les séparatistes étaient assurés de l'emporter. Les membres du Parti socialiste catalan, du Parti populaire et de Ciudadanos avaient quitté la séance en signe de protestation. Le vote s'est déroulé à bulletins secrets, ce qui peut compliquer d'éventuelles poursuites judiciaires contre les votants.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #CATALOGNE

23h54 : "Tous ceux qui souhaitent une issue pacifique et démocratique ne peuvent que s'alarmer."


En déplacement à Athènes (Grèce), Jean-Luc Mélenchon s'est inquiété de la situation en Catalogne, selon lui "en train de déraper". Franceinfo a recueilli ses réactions.

23h16 : Le délégué du gouvernement de la Catalogne à Paris, Marti Anglada, se dit surpris par "la dissolution du Parlement [catalan] décidée par le gouvernement central de Madrid". Au micro de franceinfo, il reste toutefois persuadé que le Parlement catalan restera "indépendantiste", même après les élections législatives du 21 décembre décidées par Madrid.

23h12 : "Le grand saut." Le quotidien Libération consacre sa une du week-end à la situation en Catalogne. La déclaration d'indépendance catalane, puis la suspension par Madrid de l'autonomie régionale laissent "redouter une grave période d'instabilité".

22h11 : Un millier d'unionistes manifestent pour l'unité espagnole à Barcelone, après la déclaration d'indépendance catalane. Un petit groupe s'est dirigé vers les locaux de Catalunya Radio et a commis des dégradations, selon plusieurs médias locaux. Le directeur de la radio, Saül Gordillo, a publié quelques photographies.

20h59 : Près d'un mois après le référendum interdit sur l'indépendance de la Catalogne, la crise politique en Espagne a pris un virage décisif avec la déclaration d'indépendance de la région. Pour y voir plus clair, franceinfo déroule le film de cette journée, au fil des nombreux rebondissements politiques.



PAU BARRENA / AFP

20h38 : Voici l'intégralité de la déclaration de Mariano Rajoy prononcée ce soir.



FRANCE 24 / FRANCEINFO

20h36 : Les ministères du gouvernement central assumeront les pouvoirs de l'administration catalane, a encore annoncé Mariano Rajoy. Le chef de la police de Catalogne est également destitué. Par ailleurs, le Premier ministre cherche à obtenir la nullité de la déclaration unilatérale d'indépendance.

20h31 : Mariano Rajoy destitue Carles Puigdemont et son gouvernement régional. Il dissout le Parlement régional et annonce la tenue d'élections régionales anticipées, le 21 décembre.

20h28 : "Je constate qu'aujourd'hui, au Parlement catalan, se sont imposés les partisans du 'pire sera le mieux', ce qui a conduit la Catalogne dans l'impasse (...). L'indépendance déchire, l'indépendance est triste (...). Il s'agit de recouvrer la normalité dès que possible. J'ai dissous le Parlement de Catalogne, et le 21 décembre prochain, des élections autonomes auront lieu."


Mariano Rajoy a destitué Carles Puigdemont et son gouvernement. Des élections anticipées auront lieu en Catalogne.

20h25 : "Nous allons nommer des organes administratifs pour mettre en route les décisions prises par le Sénat."



20h23 : "Il est très important d'être prudent et serein, mais aussi il faut être certain que le gouvernement dispose d'assez de mesures, pour que de façon pacifique, il puisse rétablir la légalité."

Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy prononce une allocution, après la déclaration d'indépendance catalane. Il évoque "une séquestration de la majorité des Catalans".

20h08 : Vous trouverez le texte intégral (et en catalan) à cette adresse. "Nous affirmons la volonté d'ouvrir des négociations avec l'Etat espagnol, sans conditions préalables, pour établir un régime de coopération au bénéfice de toutes les parties, mentionne notamment le texte. Les négociations devront être, nécessairement, sur un pied d'égalité". Pour l'heure, je ne dispose malheureusement pas de traduction intégrale.

20h08 : Bonsoir. Est-ce qu'il serait possible de disposer du texte intégral de la résolution adoptée aujourd'hui par le Parlement catalan ? Merci à tous pour un travail impeccable d'information tout particulièrement précieux en cette période.

19h57 : L'accueil réservé à la déclaration d'indépendance catalane est plutôt froid. Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a apporté son soutien à Madrid et plusieurs pays lui ont emboîté le pas, dont la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni. Voici un point sur la situation.



PAU BARRENA / AFP

19h37 : Et Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de Corse, reconnaît "bien sûr" l'indépendance de la Catalogne, sur franceinfo. Il précise toutefois que l'Assemblée territoriale "n'a pas voté sur cette question".



PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

19h32 : Paris "ne reconnaît pas la déclaration d'indépendance que le parlement catalan vient d'adopter", déclare le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. Une position déjà annoncée par Emmanuel Macron, depuis la Guyane.

19h29 : Londres a répondu sèchement à la déclaration d'indépendance de la Catalogne. Mais en Ecosse, où un référendum d'indépendance a été organisé en septembre 2014, l'analyse est un peu différente. "Si l'Espagne a le droit de s'opposer à l'indépendance, le peuple de Catalogne doit avoir le pouvoir de déterminer son propre avenir", estime la ministre écossaise (en anglais) chargée des Affaires extérieures, Fiona Hyslop.

19h25 : "Il nous faudra maintenir l'élan de ce pays [la Catalogne] et le maintenir surtout sur le terrain de la paix, du civisme et de la dignité." Carles Puigdemont a pris la parole dans les couloirs du Parlement catalan, quelques minutes après la déclaration d'indépendance de la Catalogne.



FRANCEINFO

19h11 : Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, estime que l'UE "n'a pas besoin d'autres fissures, d'autres fractures", après la déclaration d'indépendance catalane. Il se trouve en Guyane au côté d'Emmanuel Macron, lequel répète qu'il n'a "qu'un seul interlocuteur en Espagne : le Premier ministre Mariano Rajoy".



FRANCEINFO

19h07 : A l'annonce de la déclaration d'indépendance, des centaines de maires munis d'un bâton (en photo) sont venus entonner l'hymne catalan à Barcelone. Ce bâton symbolise la fonction de l'élu et se transmet à chaque passation de pouvoir, explique notre article. Vous y découvrirez également le sens de l'hymne catalan et la signification du drapeau indépendantiste.



PAU BARRENA / FRANCEINFO

19h03 : Le parquet général d'Espagne présentera une plainte la semaine prochaine contre le président catalan Carles Puigdemont pour "rébellion", annonce un porte-parole du ministère public. Ce délit est puni d'une peine de prison allant jusqu'à 30 ans.

18h51 : "Le Royaume-Uni ne reconnaît pas et ne reconnaîtra pas la déclaration unilatérale d'indépendance émanant du parlement régional de Catalogne (...). Elle est fondée sur un vote [le référendum du 1er octobre] qui a été déclaré illégal par les tribunaux espagnols."


Le Royaume-Uni ne reconnaîtra pas l'indépendance de la Catalogne, annoncent les services de la Première ministre Theresa May.

18h49 : Londres "ne reconnaît et ne reconnaîtra pas" l'indépendance de la Catalogne.

18h48 : Cela n'a pas traîné. Le décret de mise en œuvre de l'article 155 est déjà paru au journal officiel espagnol (en espagnol). Ce texte permet la mise sous tutelle de la région catalane, un événement sans précédent depuis le rétablissement de la démocratie dans le pays, en 1977.

18h40 : Le parquet espagnol poursuivra le président de la région catalane Carles Puigdemont pour rébellion, annonce un porte-parole.

18h36 : Des milliers de personnes sont toujours rassemblées sur la place Sant Jaume de Barcelone, après la déclaration d'indépendance catalane. Le quotidien El Pais diffuse des images en direct, sur l'application Periscope (capture d'écran ci-dessous).



EL PAIS / PERISCOPE

18h15 : Des dizaines de milliers de Catalans ont défilé pour exprimer leur joie dans les rues de la capitale de région, Barcelone. "Toutes les lois et les règles du parlement de Catalogne ont été outragées", estime toutefois Benoît Pellistrandi, spécialiste de l'Espagne contemporaine, sur franceinfo.

18h05 : "L'Union européenne n'a pas besoin d'autres fissures", estime à son tour Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne.

18h03 : Mariano Rajoy "a mon plein soutien", déclare Emmanuel Macron, après le vote du Parlement catalan.

17h55 : L'Allemagne ne reconnaît pas la déclaration d'indépendance de la Catalogne, annonce le gouvernement allemand.

17h33 : Les scènes de liesse se poursuivent à Barcelone, après le vote des députés catalans en faveur d'une déclaration d'indépendance.







(Jon Nazca / REUTERS)


17h28 : "La Catalogne fait partie intégrante de l'Espagne, et les Etats-Unis soutiennent les mesures constitutionnelles du gouvernement espagnol visant à maintenir l'Espagne forte et unie " : un communiqué du département d'Etat appuie le gouvernement espagnol après le vote du Parlement catalan en faveur de l'indépendance.

17h18 : Après le vote du Parlement catalan, qu'annonce la résolution en faveur de l'indépendance de la région ? Qui l'a votée ? Comment réagit l'Etat espagnol ? Franceinfo répond à vos questions.



(STEFANO GUIDI / CITIZENSIDE / AFP)

16h50 : Le président catalan Carles Puigdemont appelle les Catalans à rester pacifiques et civiques.

16h34 : Mariano Rajoy convoque un conseil des ministres extraordinaire à 18 heures.

16h34 : Après leur vote, les élus indépendantistes ont entonné l'hymne catalan. Voici les images.


(REUTERS)

16h24 : Des scènes de joie impressionnantes sont visibles à Barcelone après le vote sur l'indépendance du Parlement catalan.













(Yves Herman / REUTERS / PAU BARRENA / AFP)

16h19 : "L'Espagne reste notre seule interlocutrice", indique Donald Tusk, président du Conseil européen, après le vote du Parlement catalan en faveur de l'indépendance de la Catalogne.

16h10 : Le Sénat espagnol approuve la mise sous tutelle de la Catalogne.

15h58 : Scènes de liesse dans Barcelone où les indépendantistes célèbrent le vote du Parlement catalan.



(Juan Medina / REUTERS)

15h47 : Un hémicycle à moitié vide, c'est l'image du vote du Parlement catalan en faveur de l'indépendance de la région. Le scrutin a été boycotté par les élus du Parti socialiste (PSOE), du Parti populaire (conservateurs, PP) et de Ciudadanos (centre), qui ont quitté l'hémicycle en signe de protestation.





(Albert Gea / REUTERS)

15h40 : Mariano Rajoy appelle également à "la tranquillité de tous les Espagnols", après le vote de la résolution indépendantiste au Parlement catalan.

15h37 : "L'Etat de droit restaurera la légalité en Catalogne", promet le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy.