Cet article date de plus de trois ans.

Intérêt, sympathie et inquiétude… Le regard des habitants de la Catalogne du Nord sur la situation en Espagne

Dans la région de Perpignan, le bras de fer interminable entre la Catalogne et le gouvernement espagnol est suivi de près. Les derniers événements, l'indépendance et la réplique de Madrid, suscitent à la fois intérêt et inquiétude.   

Article rédigé par
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La vague de joie des indépendantistes catalans, ici le jour de la proclamation, vendredi 27 octobre, est reçue avec prudence, voire inquiétude, côté français, dans la région de Perpignan. (MAXPPP)

La Catalogne s'est réveillée, samedi 28 octobre, sous la tutelle de Madrid, aussitôt après avoir  déclaré son indépendance. Côté français, dans la région de Perpignan, où des militants ont prévu, si nécessaire, "une terre de repli" au président indépendantiste, Carles Puigdemont, les habitants, moins engagés, montrent de l'inquiétude face à l'Espagne déchirée.

>> Catalogne : les événements en direct avec la déclaration d'indépendance et la réplique de Madrid

Dans la région de Perpignan, où l’actualité de Barcelone est suivie de très près, les Catalans du Nord regardent les événements du Sud avec une certaine distance. Selon Georges, il faut surtout éviter la violence, régler les problèmes autour d’une table, dit-il, et voir après si tout le monde est d’accord pour ça.

Il ne faut pas que ce soit une minorité ou une élite qui donne son avis pour les autres. La démocratie, c’est le pouvoir du peuple, mais de tout le peuple.

Georges, habitant des Pyrénées-Orientales

à franceinfo

Georges s’interroge sur la viabilité d’une Catalogne indépendante. Il faut voir sur le plan économique s’ils peuvent s’en sortir ou non, estime-t-il. "C’est dommage qu’ils n’aient pas réussi à trouver le dialogue avec l’Espagne pour que tout se passe mieux."

Vu de Perpignan, départager Barcelone de Madrid n’est pas aisé, sauf pour les militants. Calau, née à Barcelone, vit depuis 40 ans dans les Pyrénées-Orientales. Pour elle, la frontière n’existe pas et l'indépendance est logique. C'est l’attitude de Madrid qui l’inquiète.

D’un côté, on a un Parlement élu majoritairement par le peuple, des mouvements de deux millions et demi de personnes dans un pacifisme total et d’un autre côté, c’est l’argument de la police, de la Guardia civile.

Calau, native de Barcelone

à franceinfo

Nicole estime, elle, que l’indépendance de la Catalogne risque de déstabiliser l’Europe, où dit-elle, chaque État a des régions particulières. 

Il faut respecter le droit, sinon tous les États vont se morceler.

Nicole, habitante de Perpignan

à franceinfo

Cette habitante de Perpignan regarde des deux côtés de la frontière : "Ce qui est valable pour l’Espagne est valable pour la France."

Les derniers événements du bras de fer entre la Catalogne et Madrid commentés dans le secteur de Perpignan - un reportage de Frédéric Bourgade
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.