Attaques terroristes : "Il faut arrêter d'éteindre la tour Eiffel" et "donner des moyens à nos services qui sont à l’os"

La sénatrice de l'Orne, Nathalie Goulet, estime qu'il faut "éviter l'émotionnel et le compassionnel" après chaque attentat et arrêter de "déplumer les forces de police et de sécurité". 

Nathalie Goulet ex-présidente de la commission d\'enquête du Sénat contre les réseaux djihadistes, en 2015.
Nathalie Goulet ex-présidente de la commission d'enquête du Sénat contre les réseaux djihadistes, en 2015. (JEAN-MARC LOOS / MAXPPP)

Les attaques terroristes en Catalogne de jeudi ont fait au moins 14 morts et plus de 100 blessés selon les autorités locales. Nathalie Goulet (Union des démocrates et indépendants), sénatrice de l’Orne et ancienne présidente de la commission d’enquête sur les réseaux jihadistes en France et en Europe a dénoncé vendredi 18 août sur franceinfo, les futures coupes budgétaires dans le secteur de la sécurité. 

>> DIRECT. Suivez la situation après les attentats en Catalogne

franceinfo : Est-ce qu’on peut s’attendre à une nouvelle vague d’attentats avec le recul de Daech en Syrie et en Irak ?

Nathalie Goulet : Le niveau d’alerte est maximum depuis longtemps. (…) Il faut éviter l’émotionnel, le compassionnel et arrêter d’allumer et éteindre la tour Eiffel. Il ne faut pas déplumer nos forces de police et de sécurité, il faut des gendarmes et donner des moyens à nos services qui sont à l’os. Quand j’entends que le prochain budget prévoit des coupes, ce n’est vraiment pas le moment. On a un arsenal répressif qui a été renforcé par Bernard Cazeneuve. Aujourd’hui, il faut donner des moyens à nos services et les coordonner.

La raison d’être de sentinelle après l’attaque à Levallois a été remis en cause. Est-ce que des patrouilles de militaires suffisent pour stopper une voiture qui fonce dans la foule ?

Rien ne peut empêcher quelque chose d’imprévisible. Il faut améliorer le renseignement et revoir l’ensemble des dispositifs. Je pense que l’opération Sentinelle est dissuasive. (…) Entre Charlie et le Bataclan, le gouvernement a dépensé près d’un milliard d’euros pour compenser les coupes faites sous Sarkozy. Il faut de l’informatique, de la haute technoloie, de l’échange de renseignements, et surtout de l’humain derrière pour le traiter. On ne peut pas faire couper des budgets dans cette période.

Que préconisez-vous aujourd’hui ?

Il faut une réflexion collective, il y a des choses tout à fait banales que l'on peut rétablir. Par exemple, on a supprimé pour les maires des petites communes l’élaboration des cartes d’identités et de sorties du territoire, or cela permet de connaître les gens qui circulent sur leur territoire. Il faut revoir le dispositif de la sécurité et rétablir les renseignements généraux. Il faut maintenant coordonner nos services au niveau européen et passer outre les blocages. Le fameux PNR [Passenger names report]pour contrôler les passagers aériens a mis plus de trois ans à être voté, même si nous avons beaucoup progressé ces dernières années.

"Il faut arrêter d'éteindre la tour Eiffel" et "donner des moyens à nos services qui sont à l’os", Nathalie Goulet
--'--
--'--