Attentats de janvier 2015 : cérémonies d'hommage à "Charlie Hebdo", Montrouge et l'Hyper Cacher deux ans après

Plusieurs cérémonies ont marqué jeudi à Paris le deuxième anniversaire des attaques terroristes des frères Kouachi et d'Amédy Coulibaly.

Voir la vidéo
avatar
Carole BélingardKocila MakdecheLouis SanFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

De courts et sobres hommages, avec dépôts de gerbes et minutes de silence, sans aucune prise de parole. Deux ans après les attentats de janvier 2015, Paris a rendu hommage aux victimes de Charlie Hebdo, de Montrouge et de l'Hyper Cacher. Franceinfo vous a fait suivre en direct cette journée de commémorations, conduites par la maire de Paris Anne Hidalgo en présence du ministre de l'Intérieur, Bruno Le Roux, et de la secrétaire d'État chargée de l'aide aux victimes, Juliette Méadel.

Charlie Hebdo. La première cérémonie s'est déroulée devant la plaque à la mémoire des onze victimes de l'attentat qui a touché les locaux du journal satirique le 7 janvier 2015, rue Nicolas-Appert, dans le 11e arrondissement de Paris.

 Ahmed Merabet. Une cérémonie identique s'est répétée quelques mètres plus loin, là où est tombé le policier Ahmed Merabet, tué sur le boulevard Richard-Lenoir par les frères Kouachi alors qu'il tentait de stopper les jihadistes dans leur fuite.

Clarissa Jean-Philippe. La ville de Montrouge, au sud de Paris, a rendu hommage à sa policière municipale Clarissa Jean-Philippe, tuée le 8 janvier par Amédy Coulibaly.

Hyper Cacher. Une cérémonie d'hommage et de recueillement a enfin été organisée par le Crif en fin de journée devant l'Hyper Cacher, une épicerie juive de Paris. Le 9 janvier 2015, Amédy Coulibaly y exécutait quatre hommes lors d'une prise d'otages avant d'être abattu dans l'assaut du Raid.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #ATTENTATS

23h41 : Vous ne savez plus où donner du clic ? Voici trois contenus publiés aujourd'hui sur franceinfo qui méritent votre attention :

• Cet article détaille cinq signes qui montrent que la campagne de Manuel Valls peine à décoller

L'interview exclusive que François Molins, procureur de la République à Paris, a accordé à franceinfo.

Le reportage du correspondant de France 2 à New Delhi qui montre le chaos en Inde après le lancement de nouveaux billets pour limiter la corruption et l'évasion fiscale.

21h39 : Ne pas divulguer les noms risque d'attiser les thèses conspirationnistes.

21h39 : C'est effectivement leur faire trop d'honneur que de les nommer ! Entierement d'accord avec monsieur le Procureur.

21h40 : Vous continuez de commenter l'avis de François Molins, procureur de la République de Paris, qui estime qu'il ne faut pas divulguer les noms des terroristes pour éviter un "phénomène de glorification".

21h20 : Farid Benyettou, l'ex-mentor des frères Kouachi publie un livre, Mon djihad, itinéraire d'un repenti. Une médiatisaiton qui choque. Nous revenons sur cette polémique en quatre actes.




(PHILIPPE LAVIEILLE / MAXPPP)

19h11 : "Je ne veux plus entendre, dans mon pays, dans ce beau pays qu'est la France, des juifs exprimer leurs peurs ou des musulmans leur honte et voir ces affrontements, ces confrontations. Nous avons besoin de nous rassembler" , a déclaré Manuel Valls devant les journalistes.




(REUTERS)

18h58 : Merci à vous François Molins. Ces personnes ne doivent en aucun cas devenir les "stars" de ces atrocités.

18h58 : Entièrement d'accord avec le procureur.

18h58 : 100% d'accord !!

18h58 : Dans les commentaires, vous approuvez l'avis de François Molins, qui estime qu'"il faudrait éviter de citer les noms des terroristes. Il faut éviter de parler d'eux pour éviter ce phénomène de glorification".

18h53 : Voici l'intégralité de l'interview accordée par François Molins à franceinfo.

(FRANCEINFO)

18h49 : "Je pense qu'il faudrait éviter de citer les noms des terroristes. Il faut éviter de parler d'eux pour éviter ce phénomène de glorification (...) Je pense qu'ils ne méritent pas toute cette publicité."

François Molins accorde une interview exclusive à franceinfo.

18h47 : "On s'est attachés à corriger nos dispositifs (...) Rien n'est parfait. Tout est améliorable", déclare François Molins.

18h44 : François Molins, procureur de la République de Paris, a accordé une interview à franceinfo. Vous pouvez la regarder par ici. Il revient notamment sur l'évolution des méthodes d'enquête et de prise en charge des victimes.



(FRANCEINFO)

18h33 : Bruno Le Roux, ministre de l'Intérieur, vient à son tour d'arriver au magasin Hyper Cacher.

18h29 : François Fillon, candidat des Républicains à la présidentielle, est également sur place. Il est accompagné de Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France.

18h27 : Un hommage est rendu devant l'Hyper Cacher, porte de Vincennes, à Paris. Manuel Valls est sur place.

17h39 : Farid Benyettou a répondu aujourd'hui aux accusations des associations, dans un communiqué de presse. "J'ai réellement compris que j'avais eu un rôle essentiel dans ce carnage, par le biais de mes prêches auprès de Chérif et Saïd Kouachi. J'ai également compris qu'au-delà de mes 4 ans de prison, il me restait une dette morale envers la société française, écrit-il. [L'écriture de ce livre] était l'occasion pour moi de revenir sur ma part de responsabilité et de l'assumer pleinement. J'estime le devoir aux victimes, aux familles des jeunes que j'ai envoyés à la mort et à mon pays."

17h42 : L'ancien prêcheur jihadiste Farid Benyettou, connu comme étant le mentor des frères Kouachi, a raconté sa "déradicalisation" dans un livre co-écrit avec la très médiatique anthropologue Dounia Bouzar. Le jour des deux ans de l'attentat contre Charlie Hebdo, l'ancien jihadiste a brandi un badge "Je suis Charlie" à la télévision, alors qu'il était invité pour faire la promotion de son livre. L'Association française des victimes du terrorisme (AfVT) et l'association Onze Janvier ont dénoncé une "récupération", comme l'explique le Figaro.

17h26 : Nous vous le disions tout à l'heure : plusieurs responsables politiques, dont Bruno Le Roux, Anne Hidalgo et Juliette Méadel - la secrétaire d'Etat chargée de l'aide aux victimes -, étaient ce matin à Montrouge (Hauts-de-Seine) pour rendre hommage à Clarissa Jean-Philippe, la policière assassinée par Amedy Coulibaly. Voici les images de la cérémonie :

(FRANCEINFO)

15h22 : Il a fallu deux ans pour établir le nombre exact de victimes. Au total, les attentats de janvier 2015 ont fait 202 victimes, selon le bilan de Juliette Méadel, la secrétaire d'Etat chargée de l'aide aux victimes. En plus des personnes assassinées ou blessées, ce décompte prend aussi en compte les otages et les "victimes impliquées", c'est-à-dire les proches des personnes directement concernées. Explications.

13h38 : La cérémonie d'hommage qui a eu lieu à Montrouge (Hauts-de-Seine) en l'honneur de Clarissa Jean-Philippe, la policière municipale tuée par Amedy Coulibaly, a pris fin. La maire de Paris, Anne Hidalgo, a déposé une gerbe de fleurs sur les lieux. La vidéo est disponible ici.

11h29 : À Montrouge, la cérémonie en hommage à la policière Clarissa Jean-Philippe commence.

10h56 : Un dépôt de gerbe de fleurs va avoir lieu à Montrouge (Hauts-de-Seine) en mémoire de la policière municipale tuée par Amedy Coulibaly en janvier 2015. France 3 Paris est sur place.

10h29 : Une conférence pour l'aide aux victimes a lieu en ce moment au siège de l'Unesco, à Paris. L'ancien ministre de la justice Robert Badinter prend la parole en ce moment, comme le relaie fraternité et vérité, une des associations de victimes du 13-Novembre.

09h30 : Un hommage est organisé, ce soir, devant l'Hyper Cacher, porte de Vincennes à Paris, deux ans après l'attentat qui avait fait quatre morts. Depuis l'attaque, l'émotion est toujours très forte dans la communauté juive, mais les départs vers Israël sont moins fréquents. La journaliste de franceinfo Mathilde Lemaire est allée recueillir des témoignages dans le 19e arrondissement de Paris.

09h14 : A 11 heures, la mairie de Montrouge (Hauts-de-Seine) rendra hommage à Clarissa Jean-Philippe, la policière municipale tuée par Amedy Coulibaly en janvier 2015. Un dépôt de gerbe de fleurs aura lieu en présence d'Ericka Bareigts, ministre des Outre-Mer.