Témoignages "Je ne vois plus de solutions dans le vote" : la désobéissance civile séduit les électeurs écologistes déçus par le résultat de la présidentielle

Des électeurs estiment que l'écologie a été trop absente de la campagne et de l'élection présidentielle 2022. Ils se tournent alors vers des mouvements comme Extinction Rebellion qui prônent les actions illégales pour alerter sur les enjeux climatiques.

Article rédigé par
Margaux Queffélec - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.

"Il n'y a pas assez de place sur les chaises pour tout le monde, donc n'hésitez pas à vous mettre par terre !" À Paris, une cinquantaine de curieux entre 18 et 60 ans viennent se renseigner lors d'une réunion d'information du mouvement de désobéissance civile Extinction Rebellion pour savoir s'ils sont prêts à participer à des actions illégales pour alerter sur la crise climatique.

>> Climat : depuis la présidentielle, des électeurs déçus se tournent vers les ONG et les associations écologistes

"Vous êtes hyper nombreux et nombreuses. C'est trop cool, ça nous change de d'habitude", se réjouit un des membres d'Extinction Rebellion. Ces dernières semaines, ils sont de plus en plus de citoyens à être tentés par des modes d'action radicale après une campagne présidentielle qui a peu abordé les enjeux climatiques et un vote par défaut pour les jeunes écologistes au second tour.

Rapport avec la police, risques juridiques, comment se déroule une garde à vue... Beaucoup d'entre eux ont des questions sur l'organisation des actions. Pour la plupart, ils sont prêts à basculer dans la radicalité pour lutter contre la crise climatique.

"Je me pose la question parce que je me demande ce que je fais pendant cinq ans pour ne pas devenir folle"

Une jeune femme

à franceinfo

Des nouveaux militants

C'est aussi la perspective d'un nouveau quinquennat d'Emmanuel Macron qui a poussé Albane à venir. Pourtant, elle ne se serait jamais imaginée participer à une action de désobéissance civile. "J'ai fait ma première marche du climat il y a trois semaines et c'était la première fois que je sortais dans la rue et que je manifestais, indique Albane. Le fait d'aller lire le programme de chaque candidat à la présidentielle et de se rendre compte que, en fait, les propositions ne vont pas avoir vraiment d'impact car il y a encore trop de chemin à faire."

>> "Marcher pour le climat, ça va cinq minutes" : les jeunes de plus en plus tentés par la désobéissance civile : écouter l'épisode du podcast Le Quart d’Heure

Ils sont nombreux à se dire que pour lutter contre la crise climatique, voter ne suffit plus. "Pour moi, la démocratie est malade, avance Céleste, 20 ans. Il y a quelque chose qui ne va pas, on le voit dans ces élections où il y a eu beaucoup trop d'abstention ou dans les propositions qui s'offrent à nous. Je ne vois clairement plus de solutions dans le vote." Pour bien encadrer et accompagner ces nouveaux bénévoles, le collectif réfléchit déjà à repenser son organisation.

Les jeunes écologistes déçus de l'élection présidentielle qui se tournent vers la désobéissance civile, c'est un reportage à retrouver en longueur dans le podcast d'actualité de Franceinfo Le Quart d'Heure disponible sur l'application Radio France et toutes les plateformes de podcasts. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.