Crise énergétique : "Le gouvernement n'a pas anticipé", pour Yannick Jadot qui propose "un pacte de patriotisme écologique"

Publié
Article rédigé par
Radio France

L'eurodéputé Europe Écologie-Les Verts (EELV) souhaite réunir "toutes les forces sociales du pays" autour de deux principes : la justice sociale et l'innovation.

Yannick Jadot, eurodéputé Europe Écologie-Les Verts (EELV), "propose" mercredi 31 août sur franceinfo "un pacte de patriotisme écologique avec toutes les forces sociales du pays" pour faire face à la crise énergétique. L'ancien candidat à la présidentielle pose "deux principes, la justice sociale et l'innovation".

Ce "pacte de patriotisme écologique" engagerait chacun d'entre nous. "Avec les Françaises et les Français, évidemment, on fait la chasse au gaspi", a-t-il détaillé. En effet, "il y a des comportements plus vertueux à adopter sur le chauffage, sur l'utilisation de l'électricité". "Évidemment", il ne va pas jusqu'à demander "aux Françaises et aux Français en situation difficile de faire des sacrifices". Selon lui, "cette crise est une opportunité pour sortir de notre ébriété énergétique, pour une partie de la population" et de "la précarité énergétique, pour une autre partie de la population, plus nombreuse".

"La question n'est pas de pénaliser, c'est d'organiser"

Yannick Jadot cite aussi "les entreprises", avec qui "il faut organiser la sobriété". "Si les entreprises ne font pas ou ne prennent pas leurs responsabilités sur le climat et aujourd'hui, sur les économies énergie comme les économies en ressources", l'écologiste suggère de "stopper les aides publiques" qui leur sont allouées. Toutefois, "aujourd'hui, la question n'est pas de pénaliser, c'est d'organiser" la sobriété.

>> "Il faut regarder les choses au cas par cas" : les entreprises réagissent aux annonces d'Elisabeth Borne sur les économies d'énergie

"Pourquoi est-ce qu'à un moment donné, on n'est pas capable dans ce pays de travailler justement avec tous les secteurs, avec les salariés, avec les syndicats ?", a-t-il interrogé. D'après lui, "on a l'impression que le gouvernement n'a pas anticipé" la crise énergétique. Pour preuve, "on a d'un seul coup une dramatisation : ce n'est plus discuter, travailler, organiser l'hiver prochain, c'est le conseil de défense d'Emmanuel Macron". Le chef de l'État présidera en effet vendredi matin un conseil de défense consacré à la crise de l'énergie.

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.