Climat : les effets du réchauffement se sont accélérés dans presque tous les domaines en 2022, alerte l'Organisation météorologique mondiale

Selon le secrétaire général de l’OMM, l’objectif de maintenir la hausse des températures à 1,5°C d'ici la fin du siècle est "à peine à notre portée".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La Mer de glace, à Chamonix (Haute-Savoie), en septembre 2022. (DAVID ADEMAS / OUEST-FRANCE / MAXPPP)

Alors que la COP27, la conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, s'est ouverte dimanche 6 novembre à Charm el-Sheikh en Egypte, un rapport de l'Organisation météorologique mondiale souligne que les huit dernières années, 2022 compris, sont les huit années les plus chaudes de notre histoire.

Selon ce rapport, l'année 2022 ne restera pas seulement comme celle des records en matière de catastrophes climatiques, mais elle est aussi une année record dans le domaine des conséquences mesurables du réchauffement. Les effets de ce réchauffement s'accélèrent dans presque tous les domaines, alertent les auteurs du texte.

Le dernier rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec), en août 2021, pointait une augmentation de la température mondiale de 1,09 degré par rapport à l'ère préindustrielle. Selon l'Organisation météorologique mondiale, elle est aujourd'hui de 1,14 degré par rapport à la même période.

Fonte des glaces, montée des eaux et des températures

Le rythme de la montée des eaux a doublé depuis 1993 tandis que des records de températures en mer ont été enregistrés l'année passée. Par ailleurs, la fonte des glaciers est spectaculaire. La Suisse a par exemple perdu 6% de glace entre 2021 et 2022. Globalement, les glaciers alpins ont perdu entre trois et quatre mètres d'épaisseur en 2022.

>> Climat : "Les glaciers des Pyrénées disparaîtront d’ici 2050", alerte le co-auteur d'un rapport pour le patrimoine mondial de l'Unesco

Le secrétaire général de l’Organisation météorologique mondiale, Petteri Taalas, considère dans ce rapport que l’objectif d'une augmentation de la température de 1,5 degré d'ici à la fin du siècle, fixé par l'Accord de Paris, est désormais "à peine à notre portée".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise climatique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.