"Le combat pour la justice sociale et le combat pour le climat, c'est le même combat", estime Cécile Duflot

Après avoir appelé à marcher pour le climat dans une tribune publiée par une soixantaine de médias, dont franceinfo, la directrice générale d'Oxfam France, Cécile Duflot assure qu'elle ne veut pas opposer gilets jaunes et écologistes.

Cécile Duflot, aux Assises du Produire, le 9 septembre 2016.
Cécile Duflot, aux Assises du Produire, le 9 septembre 2016. (FRANCOIS NASCIMBENI / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"Le combat pour la justice sociale, et le combat pour le climat, c'est le même combat. Si on veut gagner, il faut mener les deux de front", a affirmé lundi 3 décembre sur franceinfo Cécile Duflot, la directrice générale d'Oxfam France. L'organisation est signataire avec une soixantaine d'ONG et de syndicats d'un appel lundi matin, dans une tribune publiée sur franceinfo.fr, à marcher pour le climat le 8 décembre prochain. Dans le contexte des "gilets jaunes", Cécile Duflot affirme qu'elle ne veut "pas les opposer" aux écologistes. "Si on veut qu'une politique fiscale fonctionne, il faut qu'elle soit plus juste, plus distributive et plus écologique", affirme la directrice générale d'Oxfam France.

franceinfo : Vous demandez un changement de cap des politiques publiques. Est-ce que le message peut être audible dans le contexte des "gilets jaunes" ?

Cécile Duflot : Les deux sont liés, la question des inégalités, qui est sans doute le terreau de ce qui se passe avec les gilets jaunes, mais aussi la crise climatique. La crise climatique est là, elle est réelle, elle nous touche déjà et elle touchera très violemment nos enfants si nous n'agissons pas très rapidement. Cette compréhension de la réalité est partagée beaucoup plus largement par les citoyens que par les décideurs politiques et économiques, c'est bien le problème. C'est pour cela qu'on appelle à ce mouvement citoyen pour peser sur les décideurs politiques et économiques pour qu'enfin ils prennent ces mesures qui sont à portée de main. Aujourd'hui on sait que cela coûte moins cher et que c'est techniquement possible de lutter résolument contre le dérèglement climatique.

On comprend que vous ne voulez pas opposer les écologistes et les gilets jaunes, mais vous dites la hausse des carburants est inéluctable ?

Ce n'est pas que je ne veux pas les opposer. Oxfam a publié l'année dernière un rapport qui disait que le projet de loi fiscale allait enrichir les plus riches au détriment des plus fragiles. Nous sommes convaincus à Oxfam que la lutte contre les inégalités et la lutte pour le climat vont se mener de concert parce que les principales victimes du dérèglement climatique, dès aujourd'hui, ce sont les plus vulnérables, en particulier ceux des pays du Sud et que les principaux émetteurs de gaz à effet de serre, ceux qui contribuent le plus au dérèglement climatique, ce sont les plus riches. Donc le combat contre les inégalités, le combat pour la justice sociale, et le combat pour le climat, c'est le même combat. Si on veut gagner, il faut mener les deux de front.

Comment faire pour continuer à augmenter les tarifs sans pénaliser les plus modestes ?

Si on dit qu'il faut augmenter les tarifs, c'est pour dire il faut moins utiliser du pétrole dans les voitures ou dans les avions ou dans les bateaux parce qu'il contribue à émettre du gaz à effet de serre et à réchauffer notre planète. Mais si on veut arrêter de mettre de l'essence, il faut que les gens aient d'autres solutions, qu'ils puissent utiliser les transports en commun, de bonne qualité, fiable, en zone rurale, qu'on puisse utiliser facilement son vélo. Une politique fiscale, ce n'est pas une taxe par-ci, une taxe par-là. Si on veut qu'une politique fiscale fonctionne, il faut qu'elle soit plus juste, plus distributive et plus écologique. Si on prend un petit bout, on passe à côté, non seulement du fait que ce soit acceptable et supportable, mais à que ce soit efficace.