COP28 : les négociations doivent prendre fin dans la nuit en vue d'un accord final

Article rédigé par Paolo Philippe, Pauline Lecouvé
France Télévisions
Publié Mis à jour
Des gens marchent devant Expo City, à Dubaï (Emirats arabes unis), le 12 décembre 2023, lors de la COP28. (GIUSEPPE CACACE / AFP)
Au dernier jour prévu de la Conférence des parties sur le climat, les négociateurs ont défendu leurs "lignes rouges", mardi, tout en tentant de trouver un compromis autour de la question des énergies fossiles.

Ce qu'il faut savoir

Toujours pas de fumée blanche à Dubaï. La présidence de la COP28 a fait savoir dans un communiqué, mardi 12 décembre, que les discussions continueraient au moins jusqu'à minuit, heure de Paris. Le directeur général de la COP28, Majid al-Suwaidi, a déclaré plus tôt dans la journée que la présidence émiratie de la conférence pour le climat travaillait à un nouveau projet d'accord, sur la base des "lignes rouges" exprimées lundi par les pays ayant rejeté sa première proposition"Le but est d'atteindre un consensus", a-t-il déclaré.

Au dernier jour prévu de ce sommet, les pays partisans de la sortie des énergies fossiles, dont ceux de l'Union européenne, tentent d'obtenir le maximum face au bloc mené par l'Arabie saoudite, dans l'accord final négocié par les Emirats arabes unis. "Nous aimerions tous finir à l'heure, mais nous voulons tous obtenir le résultat le plus ambitieux possible. C'est notre unique objectif". Ce direct est maintenant terminé.

Délai dépassé. La 28e conférence de l'ONU ne se terminera pas à l'heure qu'avait fixée son président émirati, Sultan al-Jaber. Il avait annoncé le 6 décembre qu'il souhaitait "une clôture ordonnée de la conférence le mardi 12 décembre à 11 heures [8 heures, heure de Paris]", jour marquant l'anniversaire de l'adoption de l'accord de Paris, dans lequel les pays du monde entier se sont mis d'accord pour limiter le réchauffement climatique à +1,5°C, voire +2°C 

Le précédent texte jugé insuffisant. Le texte soumis lundi appelait notamment à la "réduction à la fois de la consommation et de la production des énergies fossiles", mais ne mentionnait pas le mot de "sortie" des énergies fossiles, qui est au cœur des négociations à Dubaï. Plusieurs pays et organisations militent pour une formulation plus ambitieuse. "Il existe un grand, très grand groupe de pays, voire une super-majorité, qui veulent plus d'ambition", avec un texte historique appelant clairement à la sortie du pétrole, du gaz et du charbon, a toutefois affirmé mardi le commissaire européen au Climat, Wopke Hoekstra. L'envoyé spécial des Etats-Unis pour le climat, John Kerry, a dit "travailler très dur" pour "aboutir à un texte différent".

Un secrétaire d'Etat britannique critiqué. Le secrétaire d'Etat britannique au Climat, Graham Stuart, a quitté la COP28 pour voter sur le projet de loi du gouvernement de Rishi Sunak visant à expulser des clandestins au Rwanda. "C'est une déréliction scandaleuse de leadership au point le plus critique de cette conférence", s'est indigné Greenpeace Royaume-Uni, à l'unisson avec d'autres ONG.

Le Live

L'actu en continu
  • Avatar
    Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #COP28 Après l'accord à Dubaï, qui appelle à une "transition" vers l'abandon des énergies fossiles, quels sont les moyens pour mettre en œuvre cette sortie ? Eléments de réponse avec France 2.
  • Avatar
    Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    Voici les contenus du jour à ne pas manquer sur notre site :
    • #ISRAEL_PALESTINE AVANT/APRES. Visualisez comment l'armée israélienne ravage les terres agricoles dans la bande de Gaza, aggravant l'insécurité alimentaire dans la région
  • Avatar
    Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #COP28 Pour rappel, les pays du monde entier ont approuvé par consensus un texte final appelant à une "transition" vers l'abandon des énergies fossiles, responsables du réchauffement climatique. Si vous n'avez pas suivi, voici ce qu'il faut retenir de l'accord final adopté après de longues négociations.
    La présidence de la COP28 applaudit l'adoption du bilan de l'accord de Paris, à Dubaï (Emirats arabes unis), le 13 décembre 2023. (GIUSEPPE CACACE / AFP)
    (GIUSEPPE CACACE / AFP)
  • Avatar
    Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #COP28 "Il reste beaucoup de travail pour que l'objectif [d'un réchauffement mondial limité à] 1,5 degré reste à notre portée, mais le résultat d'aujourd'hui nous en rapproche de manière significative", juge Joe Biden dans un communiqué. Le président américain salue une "étape historique".
  • Avatar
    Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #COP28 "C'est un accord de consensus, il n'est pas parfait, mais il a le mérite d'exister", explique Robert Vautard, climatologue et coprésident du groupe 1 du Giec, sur franceinfo, après l'accord trouvé à Dubaï. Il reconnaît néanmoins qu'il n'y a "pas grand-chose de contraignant" dans cet accord et qu'il "reste insuffisant, particulièrement pour les pays en développement".
  • Avatar
    Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
  • Avatar
    Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #COP28 A leur retour dans la salle commune, les représentants des Etats insulaires n'ont pas voulu "interrompre l'ovation" consécutive à l'annonce d'un accord. Ils ne sont néanmoins pas totalement satisfaits du résultat. "Nous avons fait un pas en avant par rapport au statu quo, mais c'est d'un changement exponentiel dont nous avions vraiment besoin", a regretté Anne Rasmussen.
  • Avatar
    Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #COP28 Ils se disent... "déconcertés". Au moment où le président émirati de la COP28, Sultan al-Jaber, actait la signature d'un texte final sur le bilan de l'accord de Paris, "l'Alliance des petits Etats insulaires (Aosis) n'était pas dans la salle", a annoncé Anne Rasmussen, représentante des Samoa et présidente de l'organisation. "Nous étions en train de travailler dur pour coordonner les 39 pays qui sont affectés de manière disproportionnée par le changement climatique", a-t-elle justifié.
  • Avatar
    Avatar
    le point sur l'actu
    Il y a 0 sec
    A midi, voici un nouveau point sur l'actu :
    • #COP28 A l'issue du sommet de l'ONU pour le climat, près de 200 pays se sont accordés pour la première fois sur une "transition hors des énergies fossiles" pour lutter contre le réchauffement climatique. Il s'agit d'"une étape importante" qui "engage le monde dans une transition sans énergies fossiles", a réagi Emmanuel Macron.
    • #IMMIGRATION La commission mixte paritaire, destinée à tenter de dégager un accord sur le projet de loi immigration, se réunira lundi à 17 heures à l'Assemblée, annonce le président de la commission des lois, Sacha Houlié (Renaissance), qui la présidera.
    • #UKRAINE Kiev a été la cible de tirs de missiles russes qui ont fait au moins 51 blessés, dont six enfants. Pour le moment, aucun décès n'a été annoncé.
    • #ISRAEL_PALESTINE L'Assemblée générale de l'ONU a réclamé hier un "cessez-le-feu humanitaire" à Gaza. Cette résolution non contraignante a été adoptée à une écrasante majorité.
    • #FOOT Troisième de son groupe en Ligue de champions, Lens sera reversé en Ligue Europa après sa victoire hier face au Séville FC (2-1). Ce soir, à 21 heures, le PSG joue sa qualification pour les huitièmes de finale de la C1 à Dortmund.
  • Avatar
    Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #COP28 Un coup de maillet décisif. A la COP28 de Dubaï, les pays du monde entier ont approuvé par consensus un texte final appelant à une "transition" vers l'abandon des énergies fossiles. Depuis le 30 novembre, les délégués du monde entier étaient réunis pour accélérer la lutte contre le changement climatique.

    COP28 à Dubaï : énergies fossiles, capture et stockage de carbone, seuil de 1,5°C… Ce qu'il faut retenir de l'accord final adopté après de longues négociations