Cet article date de plus d'un an.

Projet de loi climat : "Des choses vont dans la bonne direction, mais pas assez loin, pas assez fort", selon Greenpeace

Selon Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace, de nombreuses ONG font actuellement un travail de lobbying pour "rehausser l'ambition du texte".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France. (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

Dans le projet de loi sur le climat, "il y a des choses qui vont dans la bonne direction, mais qui ne vont pas assez loin et qui ne vont pas assez fort", a déclaré dimanche 28 mars sur franceinfo Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace. Il s'exprimait alors qu'ont lieu dimanche 28 mars après-midi des "marches pour le climat" à Paris et dans 150 autres communes de France. Selon Jean-François Julliard, "on a rarement vu autant d'ONG s'emparer d'un même sujet et proposer des amendements, des améliorations, essayer de convaincre les parlementaires de rehausser l'ambition de ce texte."

franceinfo : Pour relancer une marche autour du climat, il faut une dynamique. C'est la Convention citoyenne pour le climat qui vous l'a apportée ?

Jean-François Julliard : Oui, je pense que la Convention citoyenne y a contribué. Finalement cette dynamique ne s'est jamais totalement arrêtée, même si depuis plus d'un an et demi on n'a pas pu se retrouver comme ça dans les rues de Paris ou d'autres villes de France. La dynamique se poursuivait ailleurs, dans les espaces digitaux, sur les réseaux sociaux, à travers tout un tas d'échanges. Et puis, il y a eu beaucoup, beaucoup de travail fait par beaucoup d'ONG sur l'examen de ce projet de loi qui est déjà passé en commission spéciale à l'Assemblée. On a rarement vu autant d'ONG s'emparer d'un même sujet et proposer des amendements, des améliorations, essayer de convaincre les parlementaires de rehausser l'ambition de ce texte.

C'est donc un véritable travail de lobbying envers les parlementaires qui a été effectué ?

Oui, sur un sujet qui est difficile à appréhender pour beaucoup de parlementaires parce qu'il touche à beaucoup de thématiques. Ce projet de loi recouvre beaucoup de chapitres de notre vie quotidienne, que ce soit la manière dont on se déplace, on se chauffe, on se loge, on travaille, on produit des biens. On a essayé de faire un gros travail de pédagogie auprès de parlementaires qui manquaient de "billes" en quelque sorte, qui manquaient d'expertise pour bien pouvoir se prononcer. Et puis surtout, on a essayé de les convaincre que cette loi est avant tout une loi pour replacer la France sur une trajectoire compatible avec l'accord de Paris. On parle d'une loi climat, on ne parle pas d'une loi pour protéger la compétitivité des entreprises, quoi qu'en disent un certain nombre de lobbies qui, eux aussi, se sont beaucoup bougés pour cette loi.

Et au final, rien n'est à prendre dans le texte actuel selon vous ?

Si, il y a des choses qui vont dans la bonne direction, mais qui ne vont pas assez loin et qui ne vont pas assez fort. Je prends un exemple très concret : l'interdiction de certaines lignes aériennes. C'est déjà une première chose, parce que c'est peut-être la première fois qu'une loi va venir interdire des lignes aériennes pour des raisons environnementales, pour des raisons climatiques. Sauf que le gouvernement ne va pas assez loin, il va finalement interdire quelques lignes qui n'auront pas un impact suffisamment important pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Il y a beaucoup de toutes petites mesures qui vont dans la bonne direction, mais qui ne vont pas assez loin face à cette crise climatique qui est d'une importance folle.

Est-ce que la bataille pour le climat est perdue d'avance ?

Non, elle n'est pas perdue d'avance. Sinon, il n'y aurait pas autant de personnes qui se mobilisent. On n'en est même plus à parler de notre avenir, on parle de notre présent et du présent des populations sur cette planète. Donc, il faut continuer de se mobiliser, il y a encore des choses à gagner. Il y a encore des dirigeants politiques à convaincre pour aller plus loin. Il n'est pas trop tard pour agir encore.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Convention citoyenne sur le climat

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.