Cet article date de plus d'un an.

Plan de chasse du gouvernement : "C'est une chasse d'avenir que de prendre en compte la société qui bouge", plaide Allain Bougrain-Dubourg

Le président de la Ligue de protection des oiseaux Allain Bougrain-Dubourg signe une tribune pour réclamer au gouvernement l'instauration d'un dimanche sans chasse, à la veille de la présentation du plan consacré à l'encadrement de la pratique. 

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Le président de la Ligue de protection des oiseaux Allain Bougrain-Dubourg. (MAXIME JEGAT / MAXPPP)

"Je pense que c'est une chasse durable, une chasse d'avenir que de prendre en compte la société qui bouge", a affirmé dimanche 8 janvier sur franceinfo Allain Bougrain-Dubourg, président la Ligue de protection des oiseaux (LPO), alors que le gouvernement présente lundi son plan de chasse pour obtenir "zéro accident" dont une application à destination des promeneurs. Dans le Journal du dimanche, Allain Bougrain-Dubourg et Matthieu Orphelin, ancien député et actuel directeur de la LPO, demandent au gouvernement d’instaurer un dimanche sans chasse voir l’interdiction de la chasse le dimanche.

>> Plan chasse du gouvernement : "Le lobby de la chasse a table ouverte à l'Elysée et c'est lui qui fait la loi", dénonce la secrétaire nationale d'EELV

"L'extrême chasse d'aujourd'hui nous promet de mettre la ruralité à feu et à sang (...) Dans quel monde nous trouvons-nous ?", alerte Allain Bougrain-Dubourg, qui dénonce un "climat qui s'installe" avec "un sentiment d'insécurité, au-delà des drames qui existent, contre lequel il faut lutter". Le président de la LPO s'inscrit en faux face aux chasseurs qui laissent entendre, selon lui, que ce sentiment d'insécurité est "ressenti par les bobos parisiens". "Le sondage que nous avons conduit révèle que 74 % des ruraux éprouvent de l'insécurité, contre seulement, si j'ose dire, 67 % pour les habitants de l'agglomération parisienne."

Des "cadeaux surréalistes" aux chasseurs 

Allain Bougrain-Dubourg s'insurge à l'idée d'un compromis entre chasseurs et non-chasseurs qui n'interdirait pas la chasse le dimanche parce que les chasseurs qui travaillent ne peuvent chasser que le dimanche. "Est-ce que les non-chasseurs ne travaillent pas en semaine ? C'est le monde à l'envers !" Il rappelle que "80 % des Français veulent qu'on cesse la chasse le dimanche, ils veulent un cessez le feu, ils veulent de la tranquillité". Le patron de la LPO appelle à "se calmer" et se dit "sidéré qu'il y ait un tel mépris à l'égard des vététistes, des cavaliers, des randonneurs, des promeneurs en famille".

"Le président Macron a demandé à ses ministres de se mettre du côté des gens", souligne Allain Bougrain-Dubourg. Il l'invite "à donner l'exemple et à suivre la demande de 80 % des Français et à ne pas répondre aux intimidations de l'extrême chasse". Pour lui, le chef de l'Etat a fait "des cadeaux surréalistes" aux chasseurs et "n'a pas tenu ses promesses", puisqu'Emmanuel Macron "lorsqu'il a fait sa première campagne présidentielle il y a six ans, s'était engagé par écrit à ce qu'on arrête de tirer sur les espèces les plus vulnérables". Le président de la LPO assure qu'il reste "quinze espèces d'oiseaux qui figurent sur la liste rouge de l'Union internationale de conservation de la nature (UICN) et que l'on continue de chasser". "Si le président de la République veut une certaine crédibilité, il faut qu'il tienne ses promesses au moins six ans après", ajoute Allain Bougrain-Dubourg.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.