#AlertePollution : bruyant, polluant, envahissant... Dans les Bouches-du-Rhône, des voisins de Franky Zapata ne supportent plus son Flyboard

L'inventeur du Flyboard, cette plateforme volante individuelle, a obtenu l'autorisation de tester l'engin à Sausset-les-Pins (Bouches-du-Rhône). Mais les habitants du quartier dénoncent des nuisances. Une enquête judiciaire est en cours.

Franky Zapata lors d\'un vol d\'essai, le 29 avril 2016 à Sausset-les-Pins (Bouches-du-Rhône).
Franky Zapata lors d'un vol d'essai, le 29 avril 2016 à Sausset-les-Pins (Bouches-du-Rhône). (MAXPPP / FRANCEINFO)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Quand elle a vu Franky Zapata voler au-dessus des Champs-Elysées le 14-Juillet, Carole Nozzi n'a pas pu contenir son exaspération. "Il y a une espèce d'unanimité autour de lui, de la presse et des élus. Mais personne ne gratte un peu le vernis. Il n'y a pas d'esprit critique par rapport à lui parce que c'est l'homme volant", dénonce-t-elle. "On voyait les ministres le filmer avec leur portable. C'est le buzz, l'attraction. Mais je ne vois pas le bénéfice", complète Cécile.

Ces deux habitantes de Sausset-les-Pins (Bouches-du-Rhône) voient en revanche très bien les inconvénients du Flyboard Air, l'engin volant individuel inventé par Franky Zapata. C'est sous leurs fenêtres que le "Géo Trouvetou" marseillais teste régulièrement sa création. Trop bruyante, trop polluante, trop gourmande en carburant… Les griefs ne manquent pas. Alors, avec une autre internaute, elles nous ont signalé l'affaire via notre dispositif #AlertePollution.

Pour Carole Nozzi, tout commence au printemps 2018. Un soir, alors qu'elle rentre chez elle, une "odeur épouvantable" de kérosène la prend à la gorge. Une voisine l'informe qu'"ils ont autorisé un mec à faire des essais" dans l'anse de Boumandariel, à une centaine de mètres des premières maisons de son lotissement. "J'ai trouvé ça incroyable qu'il puisse faire ça avec toutes les maisons autour, la plage et la crèche [à 800 m]", rembobine l'avocate.

L'appareil est en effet particulièrement bruyant – "comme un avion qui ferait des tours devant chez vous" – avec des pointes à 120 décibels, seuil de la douleur selon les organismes spécialisés. Ses réacteurs, qui consomment 20 litres de kérosène pour six minutes de vol, produisent des particules fines et autres polluants. D'après certains riverains, ses apparitions perturberaient la circulation, avec des automobilistes curieux qui se garent en plein virage sur la D49 voisine. "Au départ, j'ai cru que c'était une erreur et qu'on allait pouvoir régler ça", résume Carole Nozzi.

Des essais autorisés mais très encadrés

Elle se trompe. Avant de s'envoler, Franky Zapata, qui a connu quelques démêlés avec les autorités par le passé, a obtenu tous les tampons nécessaires. En septembre 2017, la préfecture autorise l'inventeur à "créer et utiliser un aérodrome privé sur la commune de Sausset-les-Pins". La mairie valide. Ces deux autorisations, renouvelées depuis, fixent des règles précises, durcies en janvier 2019 après les premières plaintes. Franky Zapata ne peut pas voler les dimanches et jours fériés, ni le matin avant 10 heures, ni entre 12 heures et 15 heures, ni après 18h30. Il ne doit pas s'entraîner pendant plus d'une heure et demie et pas plus de deux fois par semaine. Il ne doit pas survoler les baigneurs ou les navires. Le Flyboard doit rester au garage lorsque le vent vient de la mer. De manière générale, la mairie lui demande de ne pas "porter atteinte à la tranquillité, à la sécurité et à l'hygiène publique".

Voilà pour la théorie. Dans la pratique, les riverains de Boumandariel accusent l'ancien champion de jet-ski de nuire à leur tranquillité, d'enfreindre les règles et d'être irrespectueux à leur égard. "Pour la direction du vent, il n'était même pas au courant quand je suis allé le voir", affirme Max Martin, un voisin. L'homme a pris le parti de régulièrement descendre voir Franky Zapata pour se plaindre. "Le premier contact a été un peu chaud", euphémise notre interlocuteur. Selon son témoignage, Franky Zapata l'aurait alors traité de "collabo" et l'aurait menacé en ces termes : "Je vais trouver ta maison et je vais te faire chier, tu vas voir."

D'autres voisins ont eu maille à partir avec l'homme volant. Franceinfo a pu écouter l'enregistrement d'une conversation entre des riverains et une personne que ces voisins affirment être Franky Zapata. L'identité de l'interlocuteur n'est pas totalement vérifiable, mais sa voix ressemble fortement à celle de l'inventeur. L'homme enregistré les invite successivement à déménager, à "aller voir le président" pour se plaindre en ajoutant : "Vous, c'est une maison, un vote, moi, ça rapporte des dizaines de millions d'euros." Il met ensuite en avant ses liens avec l'armée, qui a investi 1,3 million d'euros dans l'un de ses projets : "On travaille pour le ministère de la Défense, pour le GIGN, le Raid."

Pas de quoi décourager ses opposants, qui revendiquent être une centaine. Avocate de profession, Carole Nozzi est allée témoigner à la gendarmerie et a envoyé un courrier circonstancié à la préfecture pour détailler les manquements qu'elle dit avoir constatés. Le parquet d'Aix-en-Provence nous a confirmé qu'une enquête était ouverte "suite à des doléances des voisins au sujet de nuisances sonores générées par l'activité de M. Zapata". Elle a été confiée à la gendarmerie des transports aériens.

"Une fierté pour la commune"

Contactée, l'équipe de Franky Zapata n'a pas souhaité nous répondre. Ce dernier n'aurait "pas envie de se focaliser sur le négatif". En novembre 2018, il assurait dans les colonnes de La Provence respecter "toutes les règles", avant de s'en prendre à ces "écolos qui ont envie de [l']emmerder".

Maire de la commune depuis 2017, Bruno Chaix assure veiller à l'équilibre entre "la recherche d'innovation de Franky Zapata et la tranquillité du village". A demi-mot, il laisse entendre qu'il n'est de toute façon pas le seul décideur dans cette affaire : "L'Etat nous dit qu'il est important qu'il puisse continuer à s'entraîner." Un vol d'essai, début juillet, illustre bien la marge de manœuvre du maire : en plein pic de pollution à l'ozone, il refuse d'accorder une autorisation spéciale à Franky Zapata. La préfecture, elle, décide de laisser l'inventeur préparer le 14-Juillet.

Selon l'édile, une majorité de ses administrés est favorable à la présence de Franky Zapata. "Très clairement, c'est une fierté pour la commune", affirme Bruno Chaix. Il compte bien renouveler son autorisation, qui arrive à expiration le 4 novembre. Une fête sera même organisée dans le courant du mois de septembre pour célébrer le lien entre la commune et le pilote.

Ce soutien populaire, que ne nient pas les riverains en colère, dépasse largement les frontières de la commune. "A part La Provence, il n'y a eu aucun article contradictoire, peste Cécile. Franky Zapata est passé récemment dans une émission de télévision quotidienne. J'étais en contact avec l'un de vos confrères, mais à aucun moment ils n'ont parlé de ça. Il n'y en avait que pour l'exploit" de la traversée de la Manche.

Au-delà des nuisances subies, nos interlocuteurs peinent à comprendre l'engouement autour du Flyboard. "Ce n'est pas une bonne image à donner, c'est un engin qui pollue énormément. Ce n'est pas un symbole de progrès", lâche Max Martin. Carole Nozzi est du même avis. "C'est un engin énergivore, qui fonctionne à l'énergie fossile. Avec ce que l'on sait sur le changement climatique, je ne sais pas si on peut parler d'innovation", cingle l'avocate, avant de résumer son sentiment : "Ce gars, il a créé un truc de l'ancien monde."