Cet article date de plus de six ans.

Crash du vol MH17 : les enquêteurs internationaux accueillis par des explosions

Alors que les experts missionnés par l'OSCE ont réussi à atteindre le site, inaccessible depuis presque une semaine, des combats entre l'armée ukrainienne et les séparatistes pro-russes ont éclaté à moins de 10 km.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les enquêteurs de l'OSCE négocient leur accès au site du crash du vol MH17 avec des séparatistes pro-russes, le 30 juillet 2014, en Ukraine. (SERGEI KARPUKHIN / REUTERS)

Les enquêteurs internationaux sont parvenus, jeudi 31 juillet, à atteindre le site du crash du vol MH17 de Malaysia Airlines, dans l'Est de l'Ukraine, un lieu inaccessible depuis plusieurs jours à cause des affrontements qui font rage entre militaires ukrainiens et séparatistes pro-russes. Mais peu de temps après l'arrivée de ces enquêteurs néerlandais et australiens missionnés par l'OSCE, des explosions ont retenti à proximité du site.

Selon une journaliste de l'AFP, une colonne de fumée pouvait être vue dans la zone, à moins de 10 km du site où demeurent certaines dépouilles et des débris du Boeing malaisien abattu par un missile le 17 juillet alors qu'il transportait 298 personnes. A leur arrivée sur place, les enquêteurs ont observé une minute de silence, deux semaines exactement après le crash de l'appareil, comme l'indique l'OSCE sur Twitter.

Plus tôt dans la matinée, l'armée ukrainienne avait annoncé qu'elle suspendait pour une journée son offensive contre les séparatistes pro-russes dans l'Est, afin de laisser les experts internationaux accéder au site du crash du MH17. Le porte-parole des forces ukrainiennes a toutefois indiqué que les militaires "pourraient ouvrir le feu pour se défendre". Selon Kiev, les séparatistes n'ont pas respecté le cessez-le-feu, menant plusieurs attaques.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crash en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.