L’article à lire pour tout comprendre aux tensions entre la Chine et Taïwan

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 10 min.
Des véhicules militaires taïwanais défilent devant les bureaux présidentiels à Taipei, lors de la fête nationale, le 10 octobre 2021. (EYEPRESS NEWS / AFP)

Les relations entre la Chine et Taïwan se sont enflammées pendant le mois d'octobre, Pékin envoyant des dizaines d'avions de chasse pour faire pression sur l'île qu'il considère comme sa province. Franceinfo décrypte la situation. 

"Pour l'armée [taïwanaise], la situation actuelle est la plus sombre depuis plus de quarante ans." Cette déclaration du ministre de la Défense taïwanais devant le Parlement de l'île, mercredi 6 octobre, témoigne de l'état dramatique des relations entre le territoire de 23 millions d'habitants et son gigantesque voisin, la République populaire de Chine. Manœuvres militaires, déclarations incendiaires... Depuis le début du mois, l'escalade des tensions entre Pékin et Taipei, suivie de près par la communauté internationale, fait planer le spectre d'une éventuelle guerre ouverte. Comment en est-on arrivé là ? Franceinfo vous fait le résumé.

Que s'est-il passé ces dernières semaines ?

Dimanche 10 octobre, jour de Fête nationale à Taïwan, les avions de chasse étaient de sortie dans le ciel de l'île. Mais pas seulement pour une parade aérienne : ils se tenaient prêts à répondre à l'arrivée de dizaines d'avions de guerre chinois dans la zone d'identification et de défense aérienne (Adiz) de l'île, un périmètre commençant à 200 km des côtes. Ces incursions chinoises n'ont cessé de se multiplier en 2021, avec plus de 700 appareils envoyés depuis janvier, contre 380 l'année précédente, selon le ministère de la Défense taïwanais (qui publie ces données depuis 2020).

Des avions F16V taïwanais réalisent une parade aérienne lors de la fête nationale, le 10 octobre 2021, à Taipei. (EYEPRESS NEWS / AFP)

Début octobre, pas moins de 149 vols ont traversé l'Adiz en quatre jours. "Ces sorties n'ont rien d'illégal", rappelle Antoine Bondaz, responsable du programme Taïwan à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), interrogé par franceinfo. D'ailleurs, aucun avion chinois n'est entré dans l'espace aérien de l'île à proprement parler.

Mais ces incursions ont suscité l'inquiétude de Taipei. Les responsables taïwanais ont vu dans cette démonstration de force de Pékin, qui considère l'île comme une de ses provinces historiques, une tentative de faire pression sur le territoire. "Taïwan ne s'inclinera pas", a répondu sa présidente Tsai Ing-wen dimanche 10 octobre, ajoutant que son île "continuera de renforcer ses défenses pour garantir que personne ne puisse [la] forcer (...) à accepter la voie tracée par la Chine". Son homologue chinois Xi Jinping a martelé, lui, que "nul ne doit sous-estimer la forte détermination du peuple chinois à défendre la souveraineté nationale et l'intégrité territoriale [de la Chine]."

Ces tensions entre la Chine et Taïwan sont-elles nouvelles ?

Loin de là : elles remontent à 1949, lorsque les communistes menés par Mao Zedong se sont emparés du pouvoir à Pékin. Renversant le gouvernement du parti nationaliste Kuomintang, à la tête du pays depuis 1912, ils ont proclamé la République populaire de Chine. L'exécutif déchu s'est, lui, exilé sur l'île de Taïwan et y a installé la République de Chine (ROC, en anglais). Les deux gouvernements ont alors chacun affirmé être le seul pouvoir légitime.

Soixante-dix ans plus tard, la question reste sensible pour Pékin. A ses yeux, Taïwan (qui ne revendique plus le contrôle de tout le territoire chinois) n'est pas un Etat indépendant. Le gouvernement chinois considère l'île comme une province séparatiste qui doit être réintégrée au régime communiste, qu'elle le veuille ou non.

A l'international, le statut de Taïwan reste flou : la ROC ne siège plus à l'ONU depuis 1971, rappelle Le Figaro. Et son existence n'est reconnue que par 15 petits pays, selon Le Monde. Mais "Taïwan a dans les faits toutes les caractéristiques d'un Etat", souligne Françoise Mengin, directrice de recherche au CERI Sciences Po. C'est un territoire délimité, où habite une population gouvernée par un pouvoir politique autonome. Elle est aujourd'hui une démocratie, la 21e économie mondiale selon le Fonds monétaire international*, et elle entretient des relations quasi-diplomatiques avec de très nombreux pays à travers des "bureaux de représentation".

"Plus de la moitié de la population de l'île se considère comme taïwanaise, pas chinoise, complète Jui-Min Hung, chercheur à l'Institut taïwanais de recherche sur la sécurité et la défense nationale, contacté par franceinfo. Mais la majorité préfère le statu quo, par peur de la réaction de la Chine si le territoire proclamait son indépendance."

Pourquoi Pékin montre-t-elle les muscles ?

Plusieurs événements ont fait monter la tension. Fin septembre, Taipei a demandé à intégrer un traité de libre-échange asiatique, le CPTPP. Mais ce type d'accord n'inclut habituellement que des Etats reconnus. Depuis plusieurs mois, comme le rappelle France Inter, des représentants du monde entier appellent par ailleurs à intégrer Taïwan au sein de l'Organisation mondiale de la santé, en tant qu'observateur. Principal argument en faveur de l'île : son succès à contenir la pandémie de Covid-19, avec à peine plus de 16 000 cas confirmés depus le début de la crise sanitaire, selon les chiffres d'Our World in Data*.

Pour la Chine, qui souhaite s'affirmer face à la présence croissante du Japon et des Etats-Unis dans l'océan Pacifique, tout cela serait un premier pas vers la reconnaissance de la souveraineté de Taipei. Pékin s'oppose donc à ces demandes, estimant que ce conflit est une affaire interne qui ne concerne pas l'étranger.

Ces crispations s'inscrivent en outre dans la continuité de la victoire de Tsai Ing-wen à la présidentielle taïwanaise, en 2016. La dirigeante du Parti démocrate progressiste (DPP) défend "l'identité nationale" de l'île et réclame un dialogue "d'égal à égal" avec la Chine. Depuis son élection, Pékin multiplie d'ailleurs les pressions pour dissuader les Taïwanais de soutenir l'indépendance.

La présidente taiwanaise Tsai Ing-wen, lors de la Fête nationale du 10 octobre, s'est exprimée en faveur de la souveraineté de l'île face aux démonstrations de force croissantes de la République populaire de Chine. (CENG SHOU YI / NURPHOTO)

Comment la communauté internationale a-t-elle réagi aux intrusions ?

Dès le 3 octobre, les Etats-Unis se sont dits "très inquiets" des "provocations militaires" de la Chine, jugées "déstabilisatrices" pour la "paix et la stabilité régionales". L'Union européenne et Paris n'ont pas réagi officiellement mais, selon RFI, un groupe de sénateurs français est arrivé à Taïwan mercredi 6 octobre. Politico* rapporte également que le ministre des Affaires étrangères taïwanais a entamé une tournée européenne, malgré les protestations de la Chine.

Au fil des semaines, les soutiens de la communauté internationale à Taipei se sont multipliés, suscitant la colère de Pékin. Joe Biden a garanti que son pays a "un engagement" à intervenir militairement en cas d'attaque chinoise sur Taïwan. Une sortie qui survient alors que les relations sino-américaines continuent de se dégrader, dans la continuité du mandat de Donald Trump. Washington a aussi recommandé d'inclure davantage Taipei dans les institutions internationales, quand le Parlement européen a appelé l'UE à nouer des liens plus étroits avec elle.

Que viennent faire les Etats-Unis dans cette histoire ?

Début octobre, Taipei et Washington ont confirmé la présence de soldats américains sur l'île, pour former discrètement son armée. Mais l'entente entre les Etats-Unis et Taïwan est bien plus ancienne. Les Américains soutenaient le régime du Kuomintang après la Seconde guerre mondiale, d'abord en tant qu'ancien allié puis pour lutter contre le régime communiste en place à Pékin, dans le contexte de la Guerre froide.

Au cours des années 1970, cet appui est devenu hésitant face au poids économique et démographique croissant de la Chine. En 1979, les Etats-Unis ont donc changé de politique, considérant que les deux territoires ne forment qu'un seul pays et que Pékin est son gouvernement légitime. En parallèle, le Congrès s'est tout de même engagé à fournir à l'île les moyens de se défendre en cas d'agression. Jusqu'ici, Washington ne promettait pas d'intervention militaire directe, pour dissuader la Chine d'agir. Les récentes déclarations de Joe Biden sont donc "la fin d'un tabou", estime le politologue Antoine Bondaz. Cette évolution est motivée par plusieurs raisons stratégiques, souligne Françoise Mengin.

"Si la Chine s'emparait de Taïwan, elle contrôlerait le détroit par lequel passe l'approvisionnement énergétique du Japon et de la Corée du Sud. Elle obtiendrait également un accès direct à l'océan Pacifique."

Françoise Mengin, directrice de recherche au CERI

à franceinfo

En cas d'invasion chinoise à Taïwan, "les Etats-Unis perdraient en crédibilité auprès de leurs alliés", ajoute le chercheur Jui-Min Hung. Mais Washington reste prudent. "Les Américains n'ont pas envie d'être entraînés dans une guerre", analyse Antoine Bondaz.

La Chine prépare-t-elle une invasion ?

Les actions de Pékin ne sont pas rassurantes. D'abord car les avions chinois peuvent cartographier les systèmes de défense taïwanais. Avec les incursions de ces appareils (dont un bombardier à capacité nucléaire), Pékin peut tester les réactions de l'île, user son matériel et son moral en la maintenant en alerte, de jour comme de nuit. "Autant de préparatifs pour une guerre", juge Jean-Pierre Cabestan, directeur de recherche au CNRS, interrogé par franceinfo.

Multiplier les incursions, c'est multiplier les risques d'un accident entre avions chinois et taïwanais qui pourrait allumer la mèche. Et l'absence de communication entre les deux camps favorise l'escalade, juge le chercheur taïwanais Jui-Min Hung.

"On ne sait pas ce que l'autre pense, on peut mal interpréter ses actions."

Jui-Min Hung, chercheur à l'Institut taïwanais de recherche sur la sécurité et la défense nationale

à franceinfo

Les responsables taïwanais en sont persuadés : Pékin pourrait envahir Taïwan d'ici 2025. "La Chine a considérablement amélioré ses missiles balistiques et ses capacités de débarquement amphibie", appuie Antoine Bondaz. Et si Xi Jinping a appelé en octobre à une réunification "pacifique", il précisait en 2019 que la force restait une option.

Pas sûr, pour autant, que le régime soit prêt à un conflit ouvert. "L'armée chinoise n'a pas combattu depuis plus de 40 ans", relève le politologue Jean-Pierre Cabestan, qui ajoute que les troupes sont encore trop peu nombreuses pour lancer une invasion. Pour les spécialistes interrogés par franceinfo, la population chinoise ne serait en outre pas prête à supporter les coûts humains et économiques d'une guerre. "Le scénario privilégié par Pékin a toujours été de faire capituler Taïwan sous la pression", résume Antoine Bondaz.

Quelles seraient les conséquences d'un conflit ouvert ?

Elles restent difficiles à anticiper. Les simulations organisées par le Pentagone donnent Taïwan perdant en cas de guerre, même avec l'aide américaine. Il faut dire que l'armée de l'île est en mauvais état : soldats peu nombreux et sous-entraînés, sous-investissement chronique... Mais elle se redresse et le budget de défense devrait atteindre un record de 15,1 milliards de dollars en 2022, selon le Wall Street Journal*.

Un éventuel conflit ne se limiterait toutefois pas à Taïwan. Comme l'ont déclaré Joe Biden et Tsai Ing-wen, les Etats-Unis participeraient certainement à la défense de l'île. Leurs partenaires au sein de l'Otan seraient à leur tour obligés de se positionner. Bien que la possibilité d'un affrontement ouvert reste faible, la situation pourrait donc encore s'envenimer, alerte Jean-Pierre Cabestan.

"Il y a un risque d'escalade et de nucléarisation du conflit. Si la Chine attaque, c'est le début de la Troisième guerre mondiale."

Jean-Pierre Cabestan, directeur de recherche au CNRS

à franceinfo

Les effets d'une invasion chinoise sur l'économie et l'industrie mondiales seraient en outre dévastateurs. "Difficile de ne pas envisager des sanctions économiques contre la Chine", imagine Jean-Pierre Cabestan. Or, celle-ci est aujourd'hui au centre des chaînes de production mondiales. De son côté, Taïwan est le premier producteur de semi-conducteurs, ces puces électroniques dont la pénurie paralyse déjà de nombreux secteurs.

J'ai la flemme de tout lire, vous me faites un résumé ?

Pendant le mois d'octobre, un très grand nombre d'avions de guerre chinois ont été envoyés près de Taïwan. Ces manœuvres d'intimidation s'inscrivent dans un contexte de tensions croissantes entre Pékin et Taipei, depuis 2016. La Chine considère que l'île est une province séparatiste et souhaite la récupérer dans son giron, de gré ou de force. Ce conflit remonte à 1949, quand les communistes de Mao Zedong ont renversé le régime nationaliste chinois, qui s'est réfugié à Taïwan.

Désormais, le territoire a tous les attributs d'une démocratie souveraine et prospère sans être reconnu comme tel. Les Etats-Unis sont depuis longtemps engagés pour sa défense, en dépit des protestations de Pékin avec qui les relations sont au plus bas.

Malgré ces tensions croissantes, il est difficile de savoir si la Chine se prépare à la guerre ouverte avec l'île. Si tel était le cas, certains observateurs redoutent une escalade internationale du conflit, ainsi que des conséquences dévastatrices sur l'économie mondiale.

* Les liens marqués par des astérisques renvoient vers des contenus en anglais.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Chine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.