L'Union européenne demande à la Chine la libération "immédiate" de la journaliste citoyenne Zhang Zhan

Bruxelles réclame également la libération de tous les défenseurs des droits de l'homme et personnalités détenus en Chine pour avoir rapporté des informations "d'intérêt public", et de 12 militants hongkongais dont le procès a débuté lundi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La police éloigne les journalistes réunis à l'extérieur du tribunal de Shanghai (Chine) où est jugée Zhang Zhan, le 28 décembre 2020. (LEO RAMIREZ / AFP)

L'Union européenne a demandé à la Chine la "libération immédiate" de la journaliste citoyenne Zhang Zhan, mardi 29 décembre, après sa condamnation la veille à quatre ans de prison. La diplomatie européenne réclame également la libération de tous les défenseurs des droits de l'homme et personnalités détenus en Chine pour avoir rapporté des informations "d'intérêt public", a annoncé dans un communiqué un porte-parole, Josep Borrell.

Zhang Zhan a été emprisonnée après couvert la mise en quarantaine de Wuhan, la ville où a emergé la pandémie de Covid-19. Un tribunal l'a condamnée pour "provocation aux troubles" après un procès de quelques heures. Dans des articles qu'elle diffusait en ligne, Zhang Zhan dénonçait notamment le confinement imposé à Wuhan, évoquant "une grave violation des droits de l'homme". 

L'UE dénonce l'absence de "procès équitable" pour 12 militants hongkongais

Bruxelles a également réclamé, mardi après-midi, la libération de 12 militants hongkongais arrêtés en août, alors qu'ils tentaient de quitter en bateau Hong Kong, territoire semi-autonome chinois, pour rejoindre Taïwan. Accusés de passage illégal de frontière, leur procès a débuté lundi à huis clos à Shenzhen, en Chine. "Les accusés n'ont pas pu choisir leurs avocats. Leurs droits à un procès équitable et au respect des procédures n'ont pas été respectés", a dénoncé dans un communiqué distinct un porte-parole de la diplomatie européenne.

Cette initiative diplomatique intervient alors qu'un important accord sur les investissements entre Pékin et Bruxelles est proche d'aboutir. En discussion depuis 2014, cet accord devrait garantir aux entreprises européennes un meilleur accès au marché chinois et une meilleure protection pour leurs actifs.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.