Chine : face à la contestation, le régime opte pour le tour de vis

Publié Mis à jour
Chine : face à la contestation, le régime opte pour le tour de vis
Article rédigé par
L. Vogel - France 2
France Télévisions
Les autorités chinoises ont décidé d'un tour de vis à la suite des contestations de ces derniers jours.

Pas de signe de contestation à Shanghai (Chine), mardi 29 novembre au matin. Mais, lundi 28 novembre, au moins une personne a été arrêtée dans la ville de Hangzhou, alors qu'une vingtaine de jeunes se rassemblaient pour crier leur colère contre la politique zéro Covid du gouvernement. Depuis hier, des barrières ont été érigées partout. La police demande aux badauds qui viennent prendre en photo les lieux des manifestations du week-end dernier de les effacer.

Démonstration de force

Il y a une véritable démonstration de force de la police et une police très visible dans la plupart des grandes villes chinoises. Tout est effacé de ces événements de ces derniers jours sur les réseaux sociaux chinois. On n'en parle absolument pas dans les médias d'État chinois. En ce qui concerne les médias étrangers, dimanche dernierun journaliste de la BBC, de l'agence Reuters, de la RTS et de la TVE ont été brièvement arrêtés, embarqués au poste, histoire de les empêcher de faire leur travail, explique le journaliste de France Télévisions, Arnauld Miguet, depuis Shanghai.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.