L'Australie plus que jamais ravagée par les incendies

La situation s'aggrave en Australie. 24 personnes sont décédées à cause des incendies, sans compter le désastre environnemental. Dimanche 5 janvier, Emmanuel Macron a proposé l'aide de la France.

franceinfo
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Pas un arbre n'a survécu, tout est carbonisé. Ce fut probablement une des journées les plus violentes sur le front des incendies qui ravagent l'Australie depuis maintenant quatre mois. À Wingello (Nouvelles-Galles-du-Sud), les pompiers se sont battus toute la nuit, mais ils n'ont pas pu empêcher les flammes de détruire une douzaine de maisons. Au total, des centaines d'habitations ont été détruites dans plus de 150 incendies.

Épaisse et âcre fumée blanche

"Il faut choisir les cibles, choisir les batailles", explique un pompier. À Nowra, les pompiers ont gagné. En changeant de tactique, ils ont sauvé une cinquantaine de maisons menacées par les flammes. "Quand le feu s'approchait, ils ont allumé un contre-feu pour qu'il n'y ait plus rien à brûler et que l'incendie s'arrête", précise un habitant du village. Partout dans les plaines, sur des kilomètres, une épaisse et âcre fumée blanche s'est installée. Beaucoup de fermes et de maisons ont été abandonnées à la hâte.

Le JT
Les autres sujets du JT

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Ces kangourous fuient la fumée et les flammes près de Cooma (Nouvelle-Galles du Sud). Selon une étude de l\'université de Sydney, environ 480 millions d\'animaux sont morts depuis septembre, à cause des incendies.
Ces kangourous fuient la fumée et les flammes près de Cooma (Nouvelle-Galles du Sud). Selon une étude de l'université de Sydney, environ 480 millions d'animaux sont morts depuis septembre, à cause des incendies. (SAEED KHAN / AFP)