Mort de Nora Quoirin : ses parents "très déterminés à connaître la vérité, quelle qu'elle soit"

Sur franceinfo, l'avocat des parents de l'adolescente demande à ce que la piste criminelle ne soit pas négligée.

Les parents de Nora Quoirin, le 10 août 2019 à Seremban, en Malaisie
Les parents de Nora Quoirin, le 10 août 2019 à Seremban, en Malaisie (MAXPPP)

"C'est ce qu'ils doivent à leur fille." Les parents de Nora Quoirin, adolescente retrouvée morte en Malaisie"sont très déterminés à connaître la vérité, quelle qu'elle soit", a affirmé sur franceinfo jeudi 15 août leur avocat, Me Charles Morel. D'après les premiers éléments de l'autopsie obtenus jeudi par franceinfo, aucune trace de violences n'a été retrouvée sur le corps de l'adolescente. "Pour l'instant, il n'y a aucun soupçon d'acte criminel", a déclaré un responsable de la police malaisienne, pour qui Nora Quoirin a succombé à une "hémorragie gastro-intestinale".

"Les parents sont dévastés", a précisé Charles Morel, évoquant une "famille extrêmement éprouvée". Le médecin légiste a constaté une hémorragie interne de l'intestin et daté la mort à quatre jours avant la découverte du corps, soit six jours après la disparition de l'adolescente. Un officier français de l'office central pour la répression des violences aux personnes était présent à l'autopsie comme observateur. "Nous avons veillé à ce qu'il y ait la plus grande coopération possible", a justifié Charles Morel.

"Il faut que les autorités travaillent sur la piste criminelle"

Selon l'avocat, les proches de Nora Quoirin restent convaincus "de l'invraisemblance d'une sortie volontaire de Nora du bungalow". L'adolescence souffrait d'une malformation congénitale du cerveau qui, d'après ses parents, la rendait craintive et dépendante d'eux. Le lieu dans lequel le corps a été découvert, un petit ruisseau situé au fond d'un ravin, à plus de deux kilomètres du bungalow de la famille, "suppose un parcours extrêmement escarpé dans la jungle", a assuré Charles Morel.

Nora a absolument toutes les raisons de ne pas avoir bougé seule de ce bungalow.Me Charles Morel, avocat de la famille de Nora Quoirinà franceinfo

Me Charles Morel souhaite que les autorités malaisiennes considèrent la piste criminelle : "Ce à quoi nous veillons, c'est que non seulement on n'écarte pas cette hypothèse, mais qu'on y travaille". S'il reconnaît que les autorités malaisiennes "ont mis des moyens très importants sur la recherche de Nora", il explique cependant que "compte tenu de l'importance du tourisme en Malaisie et de l'image, les autorités peuvent avoir tendance à privilégier la thèse de la disparition sur l'hypothèse criminelle".