Nouvelle-Zélande : le tireur est un terroriste d’extrême droite

Très vite interpellé après les faits, le tireur qui a tué 49 personnes à Christchurch (Nouvelle-Zélande) a été interpellé dans la foulée pour meurtre. Son profil de suprématiste blanc pose question, alors qu’il avait avec lui un manifeste de 74 pages.

France 3

Après l’attentat qui a tué 49 personnes à Christchurch, les enquêteurs ont retrouvé dans sa voiture un manifeste. Dedans, sa radicalisation est détaillée. Mais la police a également retrouvé dans la voiture un impressionnant arsenal : chargeurs et armes où il a fait inscrire en blanc dessus des noms de néonazis et de militants d’extrême droite qu’il admirait. Quand il a fait irruption dans la mosquée, il était aussi en tenue de combat : "Il portait un casque, des lunettes, et une tenue de camouflage de type M16", raconte un témoin.

Voyage en France

Le Premier ministre australien a vivement condamné son acte, l'homme étant originaire d'Australie. Dans son manifeste, le tireur se présente comme un "blanc ordinaire", et présente son idéologie raciste et islamophobe. Son projet : "assurer le futur de son peuple". Un des éléments déclencheurs aurait été l’attentat de Stockholm (Suède) en 2017, alors qu’il aurait été en contact avec Anders Behring Breivik. Il y évoque également un séjour en France et dit regretter la défaite de Marine Le Pen.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un policier surveille un cordon de sécurité, le 15 mars 2019, à Christchurch (Nouvelle-Zélande).
Un policier surveille un cordon de sécurité, le 15 mars 2019, à Christchurch (Nouvelle-Zélande). (DIEDERIK VAN HEYNINGEN / ANADOLU AGENCY / AFP)