VIDEO. Santé : Google travaille sur le diagnostic du futur

Le géant américain se lance dans la lutte contre le cancer avec une méthode révolutionnaire : l’utilisation de nanoparticules.

France 2

Une simple gélule pour détecter un cancer des mois voire des années avant que la tumeur ne se forme, c’est le projet révolutionnaire dans lequel s’est lancé Google X, le laboratoire de recherche du géant américain.

Le patient avalera un comprimé bourré de particules magnétiques qui circuleront alors dans le sang pour repérer une cellule malade. Elles enverront ensuite un signal à un objet connecté chargé d’enregistrer le message. Les cellules malades pourraient alors être traitées, avant même que la maladie ne se développe.  "On espère que ces petites particules naviguent à l’intérieur du cœur. On les récupérerait et on leur demanderait : qu’est-ce que tu as vu ?" explique Andrew Conrad, directeur de Google X Life Sciences. Google envisage de lancer les premiers tests dans dix ans.

"Je suis très interrogatif"

Mais les scientifiques restent dubitatifs. Si le projet leur paraît plausible à long terme, de nombreuses questions restent en suspens. "Est-ce que les nanoparticules utilisées sont réellement biocompatibles. Je ne peux pas vous donner de réponses dans l’état actuel du dossier. Je suis donc très interrogatif", assure notamment au micro de France 2 Patrick Couvreur, spécialiste des nanomédicaments au CNRS.

Le JT
Les autres sujets du JT