Etats-Unis : fermée en raison du "shutdown", la statue de la Liberté va rouvrir grâce à l'Etat de New York

"Nous ne permettrons pas la fermeture de ce symbole de liberté et d'opportunités", a assuré sur Twitter le gouverneur de l'Etat de New York, Andrew Cuomo, dimanche 21 janvier. 

La statue de la Liberté, à New York (Etats-Unis), le 1er juillet 2017. 
La statue de la Liberté, à New York (Etats-Unis), le 1er juillet 2017.  (LOIC VENANCE / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Elle échappera finalement au "shutdown", la fermeture partielle de l'administration fédérale américaine. Fermée aux touristes depuis samedi matin en raison du bras de fer budgétaire au Congrès, la statue de la Liberté rouvrira lundi 22 janvier, grâce à l'action de l'Etat de New York. 

"L'Etat de New York va rouvrir la tatue de la Liberté et Ellis Island", a tweeté dimanche le gouverneur démocrate de l'Etat de New York, Andrew Cuomo. "Nous ne permettrons pas la fermeture de ce symbole de liberté et d'opportunités", a-t-il assuré. 

La statue "est importante pour l'économie" de la région, a-t-il ajouté, mais "elle est plus que ça. C'est un symbole de New York et de nos valeurs (...) Son message n'a jamais été aussi important qu'aujourd'hui."

Quelque 4,5 millions de visiteurs par an

Les employés fédéraux nécessaires à la réouverture des deux sites seront ainsi payés par l'Etat de New York, pour un coût d'environ 65 000 dollars par jour, a précisé Andrew Cuomo lors d'un point presse. 

La statue de la Liberté et le musée de l'immigration d'Ellis Island sont en moyenne visités par quelque 4,5 millions de touristes chaque année. Des centaines de visiteurs ont ainsi trouvé portes closes samedi, même si les responsables du site ont rapidement proposé des tours en bateau pour approcher la statue, ou des remboursements.

Depuis samedi, des administrations fédérales sont réduites aux services jugés "essentiels", faute de compromis budgétaire entre démocrates et républicains au Congrès en raison d'un désaccord sur la question très sensible de l'immigration.