Ouragan Dorian : cinq chiffres pour comprendre le potentiel dévastateur de ce "monstre" atmosphérique

L'ouragan Dorian progresse au ralenti, prolongeant le calvaire des habitants des Bahamas, avant de se diriger vers les Etats-Unis.

Des rafales de vent à Fort Pierce (Floride) à l\'approche de l\'ouragan Dorian, le 2 septembre 2019.
Des rafales de vent à Fort Pierce (Floride) à l'approche de l'ouragan Dorian, le 2 septembre 2019. (ADAM DELGIUDICE / AFP)

Un monstre blanc, tournant sur lui-même, s'approche des côtes américaines. Sous cette masse impénétrable, les îles Abacos et celle de Grand Bahama subissent, lundi 2 septembre, les assauts d'un des plus puissants ouragans jamais passé dans cette zone.

>> Dégâts, bilan, réactions... Suivez en direct l'évolution de l'ouragan Dorian

Dorian, ouragan de catégorie 5, la plus élevée sur l'échelle de référence dite de Saffir-Simpson, est présenté par tous les spécialistes comme un phénomène dangereux et potentiellement dévastateur. La preuve en cinq chiffres.

360 km/h : la vitesse maximale des vents

Sont qualifiés d'ouragans de catégorie 5 tous les phénomènes s'accompagnant de vents dont la vitesse dépasse les 252 km/h. Selon Météo France, Dorian a frappé l'île de Great Abaco au maximum de son intensité, lundi 2 septembre, avec des vents moyens maximums de 300 km/h et des rafales de 360 km/h. En 2017, des mesures similaires avaient été réalisées avant que l'ouragan Irma n'atteigne les Antilles.

Un rapport publié à 5 heures du matin par le Centre national des ouragans américain (NHC), à Miami, en Floride, indiquait un très léger affaiblissement du vent, avec une vitesse moyenne de 270 km/h et des rafales jusqu'à 320 km/h, selon un autre bilan publié dans la nuit.

Quoi qu'il en soit, Dorian n'a pas dépassé le record établi en 1980 par l'ouragan Allen, avec des vents continus atteignant les 305 km/h. L'ouragan intitulé "Labor Day" (les ouragans n'ont porté un prénom qu'à partir des années 1950) en 1935, Gilbert en 1988 et Wilma en 2005 ont tous donné lieu à des vents moyens de 295 km/h.

5,5 à 7 mètres : la hausse du niveau de l'eau 

L'onde de tempête pourrait causer des vagues particulièrement destructrices de 5,5 à 7 mètres plus hautes que le niveau normal des marées, ajoute le NHC. Si l'ouragan frappait les îles Abacos et Grand Bahama au moment de la marée haute, la montée des eaux côtières devrait atteindre les deux mètres par endroit, toujours selon le Centre national des ouragans américain. Or, sur des îles plates, dont le point culminant se trouve à 12 m d'altitude, une telle montée des eaux peut être catastrophique.

2 km/h : la vitesse à laquelle il se déplace 

L'ouragan Dorian se déplace extrêmement lentement. Dans un rapport publié dans la journée de lundi, le NHC rapporte qu'il avance vers l'ouest à une vitesse de 2 km/h. Cette lenteur constitue l'une des forces destructrices de l'ouragan : plus il se déplace lentement, plus les zones qu'il traverse restent prisonnières des assauts du vent et de la pluie. Ainsi, en 2018, les ouragans Florence et Harvey avaient provoqué d'importantes inondations en se stabilisant au-dessus des côtes américaines – au plus lent de sa progression, le premier cité se déplaçait à une vitesse de 3 km/h.

Selon une étude publiée cette année-là dans la revue Nature (en anglais), la vitesse de déplacement des ouragans est de plus en plus lentes (-10% sur l'ensemble de la planète entre 1949 et 2016). "Si vous ralentissez la vitesse à laquelle une tempête passe sur un quartier, cela signifie probablement davantage de pluie, une montée des eaux côtières plus importante, et quand bien même le vent ne sera pas plus fort, la durée pendant laquelle il frappera les bâtiments sera plus longue, expliquait l'un des auteurs à The Atlantic (en anglais). Les tempêtes peuvent empirer sans gagner en intensité."

75 cm : les précipitations attendues

En raison de sa vitesse de progression très lente, l'ouragan Dorian va verser une énorme quantité de pluie sur les Bahamas. Au total, le nord-ouest de l'archipel va recevoir entre 30 et 60 cm de pluie, avec des pics à 75 cm localement. A titre de comparaison, la principale ville de l'île de Grand Bahama, Freeport, reçoit en moyenne 1,5 m de précipitation sur une année entière, rapporte le site Climates to travel.  En 2017, l'ouragan Harvey avait battu un record en déversant plus de 1,5 m de pluie sur le sud-est du Texas.

75 km : le diamètre de l'ouragan

Si Dorian est d'ores et déjà rangé parmi les ouragans les plus puissants jamais observés dans l'Atlantique, il n'est pas un ouragan particulièrement grand en terme de taille. Ainsi, il maintient la puissance d'un ouragan au plus proche du mur de l'œil sur un diamètre de 75 km en partant de son centre. Cela signifie que sur 75 km, les vents sont au minimum supérieurs à 119 km/h. Ensuite, Dorian produit des vents caractéristiques d'une tempête tropicale (de 64 à 118 km/h) sur 220 km.